Le nombre de terrains de tennis à Bruxelles est en (forte) baisse

En 15 ans, une centaine de terrains de tennis ont disparu à Bruxelles.
En 15 ans, une centaine de terrains de tennis ont disparu à Bruxelles. - © Flickr - reetchee

Didier Recollecte, tennisman passionné mais aussi urbaniste, a fait les comptes. En quinze ans, une centaine de terrains de tennis ont disparu sur 400. Une baisse de 25% alors que dans le même temps la population bruxelloise augmentait sensiblement.

"Je crois qu’à un moment donné, il y a eu un effet de mode, un fort développement du tennis pendant trois quatre décennies au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, déclare Didier Recollecte. Après, ce qu’il s’est passé c’est que, d’une part, il y a eu toute la société des loisirs qui a évolué. Le tennis n’est plus qu’un divertissement, une activité finalement, parmi beaucoup d’autres."

Autre élément pointé : le fait qu’il y ait peut-être moins de promotion tennistique à la télévision aussi. "C’est un sport qui a un petit peu disparu de la télévision par rapport à il y a dix-quinze ans encore, quand nous avions des vedettes en Belgique en particulier."

Pression immobilière

Mais il y a aussi le fait que, comme les infrastructures disparaissent, on rentre un petit peu dans une spirale négative. "A partir du moment où il y a de moins en moins de gens qui jouent, il y a de moins en moins d’émulation, et donc il y a de moins en moins le désir de pratiquer ce sport."

Et la pression immobilière, très forte à Bruxelles ? A-t-elle joué un rôle ? "Bien sûr, estime encore Didier Recollecte. Il y a des clubs qui sont partis dans des schémas spéculatifs. C’est tout à fait dommageable, mais c’est ainsi. Il faut savoir aussi qu’il y a beaucoup de clubs communaux. Les autorités communales sont elles-mêmes confrontées à des tas de besoins : pour des crèches, pour des écoles, etc. A un moment donné, se pose la question de dire : est-ce que je vais conserver des terrains de tennis alors que je dois répondre à des tas d’autres besoins ?"

Michel Gassée

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK