Le nombre de navetteurs venant travailler à Bruxelles chaque matin serait en diminution

Les travailleurs venant d'autres régions étaient 370 000 en 2010 et 340 000 en 2015 (illustration).
Les travailleurs venant d'autres régions étaient 370 000 en 2010 et 340 000 en 2015 (illustration). - © Belga

Et cela concerne tant les travailleurs wallons que les flamands : moins 30 000 environ en 5 ans. C'est une tendance lourde, selon l'Observatoire bruxellois de l'emploi. Cela veut dire que de plus en plus de Bruxellois occupent des emplois à Bruxelles.

Les travailleurs venant d'autres régions étaient 370 000 en 2010 et 340 000 en 2015. Des chiffres qui montrent que la tendance observée depuis les années 80 (à savoir que Bruxelles attirait toujours plus de Flamands et de Wallons) s'est bien inversée.

Comment l'expliquer ?

Selon le spécialiste de l'Observatoire bruxellois de l'emploi, interrogé ce matin dans le journal Le soir, il y aurait plusieurs explications. Tout d'abord, les navetteurs en général seraient plus âgés et quand ils partent à la pension, ils ne sont pas forcément remplacés.

Ensuite, les Bruxellois sont de plus en plus nombreux à postuler dans leur propre région et à y être embauchés. Enfin, la bonne santé économique de la Flandre n'encourage pas les Flamands à postuler à Bruxelles.

Résultat, depuis 2015, la part des navetteurs qui entrent chaque matin à Bruxelles, est passée pour la première fois sous la barre des 50%.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK