Le Musée des Lettres et Manuscrits est fermé

Le Musée des Lettres et Manuscrits est fermé
Le Musée des Lettres et Manuscrits est fermé - © Tous droits réservés

Les portes du Musée des Lettres et Manuscrits sont fermées. Ce musée situé dans la Galerie du Roi en plein centre-ville, ne pouvait plus fonctionner normalement. Son mécène, le français Gérard Lhéritier, et sa société ont des problèmes judiciaires.

Les moyens de fonctionnement étaient épuisés et, d’après Brusselnieuws.be, les derniers employés ont décidé de ne plus venir travailler. Aristophil, la société qui finançait le musée, est le plus gros investisseur mondial en lettres et manuscrits.

Depuis onze ans, Aristophil s’est spécialisée dans le commerce de manuscrits. C’est l'un des fonds privés les plus fournis au monde, avec 135.000 documents comme le testament de Louis XVI, des manuscrits de Romain Gary... D’où la création d’un musée. Mais c’est aussi un business rentable. Un exemple : en 2012, l’entreprise a acheté des feuillets couverts de formules d’Einstein. Achetés pour 500.000 euros, ces feuillets ont été revendus pour douze millions d’euros.

Comment fonctionne une telle affaire?

L'entreprise achète des manuscrits et propose à des particuliers d’investir, de prendre des parts dans ces manuscrits. Après cinq ans, Aristophil peut racheter ces parts en y ajoutant un rendement annuel de 8,5%.

A la fin de l’année dernière, en 2014, plusieurs dizaines d’enquêteurs ont débarqué dans les bureaux de la société situés dans le quartier Saint-Germain à Paris et au Musée des lettres et du Manuscrit à Bruxelles.

La justice soupçonne Aristophil de gonfler les prix, d'alimenter la spéculation et de se financer uniquement grâce à l’argent de nouveaux investisseurs.

Une arnaque pyramidale en somme avec un soupçon de préjudice pour 700 millions d'euros.

Rien ne dit que l’entreprise sera effectivement reconnue coupable de quoi que ce soit.

En attendant, ses comptes et avoirs sont bloqués. C’est un musée qui ferme ses portes. Et des employés qui se retrouvent sans emploi.

 

Maxime Paquay

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK