Le Musée africain de Namur veut regarder notre passé colonial en face

François Poncelet : "Réserver une place à Joseph Kasa-Vubu et Patrice Lumumba pour parler de l'indépendance du Congo".
2 images
François Poncelet : "Réserver une place à Joseph Kasa-Vubu et Patrice Lumumba pour parler de l'indépendance du Congo". - © RTBF - Flou

"La période est mûre pour repenser en profondeur notre regard sur les colonies".

François Poncelet, le conservateur du Musée africain de Namur, annonce la mue d'une institution créée il y a plus de 100 ans par des coloniaux. En octobre prochain, le musée fermera ses portes pour quatre ans. Le bâtiment des casernes sera rénové et agrandi pour développer une nouvelle scénographie.

Les occidentaux "civilisés" et les peuples de "sauvages"

Il est vrai que la présentation actuelle des collections est plus que vieillotte. Les bustes de Léopold 2, les lances des guerriers africains, les masques de bois et les panthères empaillées trahissent une certaine idée des colonies : celle des occidentaux qui ont "civilisé" des peuples sauvages. Même si des efforts évidents ont été faits ces dernières années. "Nous racontons déjà l'indépendance, explique François Poncelet, au travers notamment d'une statue du premier président du Congo Joseph Kasa-Vubu. Et récemment nous avons acheté un portrait de Patrice Lumumba qui sera évidemment exposé dans le musée rénové."

Pour présenter une vision moderne des colonies, plus objective, le Musée africain ne compte pas procéder par retrait mais par ajout. "Nous ne déboulonnerons pas Léopold 2, explique F Poncelet. Aujourd'hui sa personnalité et son rôle en Afrique sont certes contestés, mais ce n'est pas en occultant son image que nous ouvrirons le nécessaire débat. Par contre, il est évident qu'il faut aussi réserver une place à quelqu'un comme Patrice Lumumba pour raconter l'indépendance."

Vers une réflexion au sein du conseil communal ?

La réflexion du musée pourrait bientôt être alimentée par un groupe de travail politique. L'échevin de la cohésion sociale et de l'égalité des chances, Philippe Noël, organise justement une réunion ce sur le thème de la décolonisation la semaine prochaine. Et la conseillère communale de l'opposition Gwenaëlle Grovonius (PS) propose au conseil communal de voter ce jeudi soir une motion pour créer un groupe de travail qui réfléchirait sur notre passé colonial, spécialement sur le territoire namurois. La conseillère pense notamment à ce quartier de Salzinnes dont les noms de rue racontent une certaine histoire du Congo belge, celle du Sergent Vrithoff, du père Cambier et du roi Léopold 2. Mais pas celle du président Kasa-Vubu ou du premier ministre Patrice Lumumba, assassiné en 1961 dans des conditions qui restent troubles, notamment en ce qui concerne le rôle de l'Etat belge.

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK