Le MR a des idées concernant l'avenir de la Stib

Le MR demande la prolongation du métro au moins jusqu'à Schaerbeek-Formation, et même au-delà, jusqu'à Neder-Over-Heembeek.
Le MR demande la prolongation du métro au moins jusqu'à Schaerbeek-Formation, et même au-delà, jusqu'à Neder-Over-Heembeek. - © Belga

Le contrat de gestion liant la société de transport public et la Région expire fin 2011. Et le nouveau contrat ne sera sans doute pas prêt à temps, faute d'accord entre les partenaires du gouvernement bruxellois. L'opposition libérale profite donc de l'opportunité pour faire entendre sa voix.

Les libéraux bruxellois ont toujours défendu les projets d'extension du métro. Mais depuis les années 90, plus aucune avancée significative ne s'est produite sur le réseau souterrain de la Stib. Le MR demande la prolongation du métro au moins jusqu'à Schaerbeek-Formation, et même au-delà, jusqu'à Neder-Over-Heembeek.

Pour poursuivre le développement des transports publics dans les années à venir, une somme de près de 2 milliards d’euros serait nécessaire. Impayable dans l'état actuel du budget bruxellois. Mais le chef de groupe libéral au parlement bruxellois, Vincent De Wolf, a des idées de financement alternatif : ''Faire appel à la Banque européenne d’investissement (BEI), comme on l’a vu dans d’autres pays – notamment au Vietnam pour des rames de métro. Et puis, faire appel à l’épargne publique par l’édition de bons, comme des bons de caisse en quelque sorte… Des obligations à taux fixe donc, éditées par la Région – en accord avec le fédéral – pour appeler l’épargne publique des Bruxellois.''

Le MR propose aussi le recours aux partenariats publics-privés et la mise sur pied d'une société d'investissement privée en partenariat avec la Région. Enfin, le leader libéral a qualifié de "catastrophe" le prochain départ du patron de la Stib, Alain Flausch.

 

Philippe Carlot

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK