Le Molenbeek quasi à sec : la faute à la sécheresse ?

Le Molenbeek dans le parc Roi Baudoin
2 images
Le Molenbeek dans le parc Roi Baudoin - © RTBF

Vous l’avez peut-être remarqué si vous vous êtes promenés ces dernières semaines dans le parc Roi Baudoin à Jette et Ganshoren. Le Molenbeek (le ruisseau) est quasi est vide. Alors les épisodes de sécheresses qui se multiplient en sont-ils la cause. Qu’en est-il des autres cours d’eau bruxellois ?

Le Molenbeek est une rivière à part à Bruxelles. Et n’est pas vraiment représentatif des autres cours d’eau bruxellois. " C’est un cours d’eau qui n’existait plus et qui est progressivement reconstitué. En fait, il n’y a que 20 pourcents de sa vallée qui est réellement connectée au cours d’eau. Autrement dit, 80 pourcents des eaux de la vallée du Molenbeek vont à l’égout. En ce moment, même s’il y a très peu d’eau dans le Molenbeek, vous avez 80 litres d’eau claire par seconde qui coule dans le réseau d’égouttage ", explique Michael Antoine, ingénieur hydraulique chez Bruxelles Environnement.

Et même si les périodes de sécheresse se multiplient ces dernières années, aujourd’hui, les niveaux de débit des autres cours d’eau bruxellois comme la Woluwe, par exemple, sont classiques pour la saison. Il faut dire que la sécheresse n’a pas un impact direct sur les cours d’eau. " Les cours d’eau sont alimentés par des sources qui elles-mêmes sont alimentées par des eaux souterraines. Et les eaux souterraines ne sont pas directement impactées par une sécheresse en surface. C’est quelque chose qui prend plus de temps. Ce qui va compter, ce sont les apports d’eau sur les deux ou trois derniers mois. Pas les apports d’eau sur les quinze derniers jours. Donc effectivement, si comme cet été et même depuis avril, on a peu d’eau et que ça se prolonge sur des mois et des mois, les sources commencent à se tarir. Et donc les débits de temps sec des cours d’eau vont diminuer. Et diminuer à ce point qu’on peut arriver à des extrêmes comme dans le cas du Molenbeek même si cela reste un cas particulier. Car si on regarde les autres cours d’eau bruxellois, on est dans des débits pas très élevés mais logiques pour la saison ".

Maillage bleu

Pas d’inquiétude donc. Au contraire la situation devrait s’améliorer à l’avenir. " A Bruxelles, nous avons plusieurs projets de connexion des eaux aux cours d’eau. Donc tout ce qu’on peut reconnecter comme territoire au cours d’eau, ce sont des débits supplémentaires qui peuvent contrecarrer cette perte de débit liée aux sécheresses. Pour nous la tendance est à augmenter les débits par ces projets de connexions aux cours d’eau ". Ce qui a pour objectif aussi de limiter les risques d’inondation en ville en soulageant les réseaux d’égouttage.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK