Maxime Prévot fait stopper une procédure de classement de la gare des Guillemins à Liège

Un couac patrimonial à propos de la gare des Guillemins à Liège... Maxime Prévot, le ministre wallon en charge du Patrimoine, vient de sommer son administration de stopper une procédure de classement comme monument de la gare, oeuvre de l'architecte espagnol Santiago Calatrava, inaugurée le 18 septembre 2009.

Cette procédure avait été lancée le 25 mai dernier à l'unique initiative de l'administration wallonne du patrimoine, à l'insu du ministre Maxime Prévot qui n'avait donné aucune instruction en ce sens. Le propriétaire des lieux, la SNCB, n'avait également formulé aucune demande. Le ministre n'a découvert que récemment l'existence de la procédure de classement. Sa réaction a donc été de sommer l'administration de la stopper.

Le ministre explique qu'il ne nie pas le caractère particulier de la gare et sa valeur forte de symbole pour Liège et la Wallonie. Mais il lui apparaît prématuré et peu crédible de vouloir la classer. "Comment expliquer aux Liégeois que l'on irait classer la gare comme patrimoine majeur alors même que l'on a récemment retiré l'hôtel Rigo de la liste de sauvegarde ?", s'interroge Maxime Prévot. Il reconnaît l'intérêt de trouver des mécanismes de protection de la gare pour éviter qu'elle ne soit dénaturée, mais il juge que le classement comme patrimoine n'est pas la voie adéquate à ce stade.

La gare étant une propriété publique de la SNCB, son éventuel classement comme monument n'ouvrirait pas la voie à l'octroi de subsides pour son entretien.

Précisons encore que, en mars 2009, avant même que la gare ne soit achevée, le ministre du Patrimoine de l'époque, Jean-Claude Marcourt, avait déjà annoncé son prochain classement, sans qu'il se concrétise.

 

Newsletter info

Recevez chaque jour toutes les infos du moment

Recevoir