Le ministre flamand Weyts refuse la licence à une auto-école exclusivement pour femmes

Le ministre flamand Weyts refuse le permis à une auto-école exclusivement pour femmes
Le ministre flamand Weyts refuse le permis à une auto-école exclusivement pour femmes - © JASPER JACOBS - BELGA

Aux Pays-Bas, les auto-écoles où les cours de conduite sont uniquement donnés par des femmes et réservés aux femmes existent  de longue date. Samira Masrour et sa sœur ont ainsi dirigé l’auto-école "As-Salamoe àlaykoem" à Rotterdam. Conscientes du succès chez les Néerlandais, elles ont voulu répliquer le modèle en Belgique.

"Nous avons lancé une enquête pour le marché belge. Les femmes interrogées y ont indiqué qu’elles ne se sentaient pas à l’aise avec un moniteur masculin qui leur apprend à conduire. Elles se sentent gênées ou ont moins confiance en elles. Elles estiment pouvoir améliorer leurs performances si c’est une femme qui leur apprend à conduire", explique Samira Masrour à la VRT.

Elle a donc ouvert une auto-école pour femmes en Belgique, dans le district anversois de Merksem : "Vrouwen Rijschool" ("Auto-école pour femmes"). La société a bien été inscrite au Moniteur Belge le 1er octobre dernier, il s’agit de la première auto-école de ce type en Belgique.

Discrimination?

Selon la fondatrice de l'auto-école, cette initiative n’a certainement rien à voir avec la religion ou la culture: "Je suis croyante, mais ce n’est certainement pas la raison pour laquelle nous proposons des cours de conduite automobile pour les femmes. Nous le faisons uniquement parce que nous avons constaté qu’il y a une demande importante à ce sujet".

Samira Masrour estime que son auto-école ne discriminera pas les hommes. "Nous n’avons rien contre les hommes. Ils sont toujours les bienvenus chez nous, pour demander des informations pour une tante, une sœur ou une amie".

Ce mercredi, le Parlement flamand s'est penché sur la question d'octroyer ou non la licence à cette auto-école. Le ministre flamand de la Mobilité, Ben Weyts (N-VA), refuse pour des motifs de discrimination: "On ne peut pas octroyer la licence si l'auto-école garde le même nom. C'est fondé sur le plan juridique. J'ai reçu un avis du service du Médiateur flamand qui va dans ce sens."

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK