Le miel fait son retour en pharmacie

Photo d'illustration
Photo d'illustration - © Flickr - PerfectShoot

L'UCL a accueilli ce week-end un congrès européen d'apiculture avec un constat : les populations d'abeilles ne cessent de chuter. L'an dernier, un hiver rigoureux et un printemps pourri se sont ajoutés aux facteurs généralement cités, notamment les pesticides. Le congrès, pourtant, s'est achevé sur une note optimiste : les promesses de l'apithérapie, la thérapie par les abeilles.

Le miel est, peut-être, le plus vieux médicament du monde. Les hommes préhistoriques l'utilisaient déjà pour soigner les plaies. Sur les champs de bataille des guerres napoléonienne ou de la première guerre mondiale, le miel fut abondamment utilisé par les chirurgiens.

Relégué au rang de remède de grand-mère suite à l'invention des antibiotiques, le miel fait aujourd'hui un retour en pharmacie. Plusieurs sociétés commercialisent des pansements imbibés du précieux nectar, pour soigner des brûlures ou des plaies qui guérissent difficilement, les vertus antibiotiques et cicatrisantes du miel feraient merveille.

Les apithérapeutes - ils ne sont pas encore très nombreux à revendiquer le titre - attribuent bien d'autres vertus au produits de la ruche : soigner des ulcères, lutter contre le virus de l'herpes, ralentir le développement de la sclérose en plaques... Force est de constater, pourtant, que toutes ces qualités thérapeutiques ne sont pas encore confirmées par des études scientifiques. En attendant, reste le bon sens commun : un peu de miel sur la tartine du matin, c'est sans doute meilleur que du choco à l'huile de palme.

 

François Louis