Le logement au menu des futurs élus de Charleroi

Illustration
Illustration - © Belga - Herwig Vergult

Ce 1er octobre, c'est la Journée mondiale de l'habitat. C’est le jour qu'ont donc choisi six associations de Charleroi pour interpeller les candidats aux prochaines élections communales sur ce sujet.

Dans la première ville wallonne, les problèmes de logement sont nombreux comme, par exemple, la vétusté et la pénurie. La plateforme intitulée " Carologement " entend bien mettre la pression sur les partis politiques à ce propos. Ce lundi matin, dans les rues de Charleroi, ils ont symboliquement recouvert les affiches électorales avec leurs propres revendications.
Ces dernières sont très concrètes :
* lutter contre les logements inoccupés
* reloger systématiquement les personnes expulsées de bâtiments insalubres
* augmenter le nombre de logements sociaux.

Pour Benoît Ossée, responsable de l’asbl " Solidarités nouvelles ", Il y a 10 000 logements sociaux et cela  n’est pas suffisant puisqu’il y a entre 4 000 et 5 000 demandeurs localement sur Charleroi. Idéalement, il faudrait atteindre 20 % de logements sociaux et on est à un peu plus de 10 %.

La plateforme " Carologement " veut donc encourager la majorité qui se dessinera après le scrutin du 14 octobre à prendre des mesures fortes. Et ce d’autant que le code wallon du logement impose une nouvelle obligation aux communes. Ce qu’attendent les responsables de la plateforme, c’est qu’il y ait véritablement une politique ambitieuse, pas uniquement des bonnes intentions, mais véritablement un plan chiffré qu’on puisse évaluer à la fin de la mandature. Ce plan devra être plus concret que les propositions contenues dans les programmes des différents partis. Des programmes que la plateforme d’association juge très légers sur ce sujet.

Jérôme Durant, Daniel Barbieux

Et aussi

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK