Le jeu de fer à Tournai : une tradition qui remonte au 19ème siècle

Tout ce week-end se déroule le grand tournoi annuel de jeu de fer à Tournai. Un jeu unique en son genre et typiquement tournaisien qui rassemble 120 équipes dans l'impressionnante Halle aux Draps.

Deux équipes de deux joueurs s’affrontent sur de longues tables polies. À l’aide de leurs queues de billard biseautées, ils poussent des palets de fer qui glissent comme au curling pour s’approcher au plus près d'une sorte de cochonnet. Pour Marcel Lefebvre, joueur à la société des Grincheux, c'est un peu comme à la pétanque : "Ici, le cochonnet est fixe et il est représenté par la broche qui se trouve tout au fond du jeu. Le pont et les broches extérieurs constituent des obstacles".

Manque d'engouement

Le jeu est une véritable institution à Tournai depuis le 19ème siècle. Les joueurs sont répartis en dix-sept sociétés et presque autant de cafés où ils pratiquent toute l’année. Les joueurs sont encore nombreux, mais les organisateurs constatent une certaine baisse de régime. "On a battu un record une année avec 198 équipes inscrites au tournoi annuel", nous explique Raymond Bafort, l'organisateur, "mais je pense qu'on n'arrivera pas à le battre, il n'y a plus assez d'engouement".

Transmission de père en fils

Pourtant, on trouve encore des jeunes parmi les compétiteurs. La passion du jeu de fer se transmet la plupart du temps de génération en génération. Guillaume Merchez, 17 ans, nous confie : "Je joue depuis que j'ai 5 ans. Quand j'étais petit on m'installait sur des bacs de bière pour que je puisse atteindre la planche". Nanthilde De Witte, 16 ans, s'y est mise il y a moins d'un an, pour défier ses grands-parents : "C'était aussi un peu pour me moquer d'eux", avoue la jeune fille, "mais j'ai participé à plusieurs tournois et maintenant c'est un passe-temps qui me calme".

15 % de femmes

La fédération compte 330 joueurs. Parmi eux, environ 50 femmes qui développent comme les hommes de véritables tactiques de jeu. "Il faut réfléchir et rester dans sa bulle", explique Annie Brotcorne, "Suivant l'endroit où l'adversaire met son fer, il faut jouer de façon à le mettre dehors ou à l'embêter pour ne pas qu'il prenne le point".

Les joueurs se seront affrontés tout au long du week-end pour ce tournoi annuel. Mais le jeu de fer se pratique tout l’année dans les nombreux cafés du Tournaisis, perpétuant ainsi une tradition de plus d'un siècle.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK