Le Hainaut donne le thon !

- © RTBF

Les responsables politiques du Hainaut comme ceux de la Région Wallonne se lancent dans un étrange combat : celui de sauver le thon rouge, espèce menacée.

Le 18 mars dernier à Doha, les participants à la conférence sur le commerce des espèces menacées ont beaucoup déçu. Ils ont en effet rejeté la suspension des exportations de thon rouge. Du coup, ce poisson se révèle de plus en plus menacé de disparition.
La Région Wallonne et la Province de Hainaut se sont alors mobilisées pour étudier la possibilité d'agir  contre cette disparition annoncée. Le thon est une nourriture très prisée des Japonais et notre savoir-faire en matière de pêche et d'élevage n'est plus à démontrer.
Un élévage difficile mais réalisable
Nos responsables politiques régionaux et provinciaux ont fait vite et ils ont développé un plan qui devrait porter ses fruits d'ici quelques années. Il s'agira de lancer un élevage de thons rouges dans le lac de la Plate-Taille sur le site des Barrages de l'Eau d'Heure.
La première difficulté sera de rendre les eaux propres à l'accueil des couples de thons en vue de la reproduction. La température de l'eau, elle, importe peu pour ces nageurs très rapides. Mais leur rapidité exige beaucoup d'espace et c'est la deuxième difficulté. Il faudra enfin que ces nouveaux arrivants ne viennent pas perturber, voire détruire, la faune existante.
Une question de technique
Chez nous, la technique d'élevage du thon n'aura rien à voir avec celle pratiquée en Méditerranée par exemple. Là-bas, les thons sont pêchés puis "gavés" dans des cages pour ensuite être tués et exportés. Ici, il s'agira de privilégier la reproduction des poissons dans le but primordial de préserver l'espèce. Un "enclos à thons" devrait ainsi être créé près de la future plage destinée aux naturistes. Les amoureux du soleil intégral ne devraient pas être gênés par cette nouvelle activité. Le "parc à thons" devrait d'abord être un banc d'essai scientifique avant de déboucher, plus tard, sur une éventuelle exploitation commerciale limitée. Il sera alors peut-être envisagé une activité industrielle basée sur le thon dans le zoning de Chimay-Baileux assez proche. Le thon rouge détrônera-t-il un jour la fameuse escavèche régionale si prisée des gastronomes ?
La science
En attendant, c'est une expérience scientifique qui sera menée au complexe des lacs de l'Eau d'Heure. D'éminents spécialistes se penchent déjà sur la question. Il se chuchote même qu'une synergie pourrait se développer entre l'université U-Mons, le Centre de Culture Scientifique de Couillet et l'Aquascope de Virelles tout proche. Pour l'heure, les responsables politiques régionaux et provinciaux en sont aux premiers actes et quelques accords importants pourraient déjà être signés ce jeudi 1er avril.

Ernest Urgeon

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK