Le groupe d'opposition hutois pourHuy prend la défense de la centrale de Tihange

Le groupe pourHuy s'oppose à la prise de position qu'il juge "caricaturale" qui consiste à exiger la fermeture immédiate des centrales nucléaires de Tihange et de Doel.
Le groupe pourHuy s'oppose à la prise de position qu'il juge "caricaturale" qui consiste à exiger la fermeture immédiate des centrales nucléaires de Tihange et de Doel. - © ERIC LALMAND - BELGA

Le groupe d'opposition au conseil communal de Huy pourHuy ne participera pas à la chaîne humaine du 25 juin initiée par les opposants à la centrale nucléaire de Tihange, annonce-t-il vendredi.

Le groupe pourHuy s'oppose à la prise de position qu'il juge "caricaturale" qui consiste à exiger la fermeture immédiate des centrales nucléaires de Tihange et de Doel. Selon le conseiller communal Grégory Vidal, il faut qu'"Engie ne soit plus à la merci d'une fermeture non programmée car la société ne peut plus faire aucun investissement. Il faut lui garantir une poursuite de l'exploitation durant 15 ou 20 ans. Dans ce cas, Engie pourra réaliser tous les gros investissements nécessaires à la sécurité optimale de ses centrales". 

"Au niveau du budget de la ville de Huy et de l'emploi, la centrale de Tihange est indispensable", poursuit le conseiller communal, "elle apporte 13 millions d'euros annuels de taxe sur la force motrice et 2,8 millions de taxes immobilières. Sans la centrale, le budget de la ville sera réduit d'un tiers. Ce serait aussi très néfaste pour l'emploi. Ce sont près de 1.850 emplois directs et indirects qui disparaîtraient du jour au lendemain." "Nous ne pouvons, à l'heure actuelle pas nous passer du nucléaire", conclut Grégory Vidal, "les énergies alternatives ne sont pas encore prêtes".

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

Recevoir