Le gouvernement wallon sanctionne dix mandataires des provinces de Liège et du Hainaut

Illustration
Illustration - © Belga - Nicolas Lambert

Quatre mandataires hainuyers et six liégeois n’ont pas remis leur déclaration de mandats et de rémunération auprès du gouvernement wallon. Ces mandataires rendent dès lors impossible le contrôle démocratique relatif au cumul des mandats et aux plafonds de rémunération tel que prévu par l’article L1123-17 du Code de la Démocratie locale et de la Décentralisation. Depuis ce jeudi, ils sont donc déchus de leurs mandats originaires et de l’ensemble de leurs mandats dérivés.

A cette sanction de déchéance est également attachée une sanction d’inéligibilité de six ans à l’égard de ces mandataires.

En Hainaut, il s'agit de Florence Carpentier (conseillère CPAS PS à Thuin), Christine Dassonville (conseillère communale PS à Antoing), Michel Guéry (conseiller communal PS à Boussu) et Maurice Hismans (conseiller communal indépendant à Manage).

Des élus étonnés

La plupart se sont dits étonnés d'apprendre la nouvelle de leur déchéance. A Liège, tous proviennent de petites communes. Ce sont d'illustres inconnus du paysage politique médiatique. Il s'agit de Bruno Beaumont (conseiller communal MR à Clavier), Philippe Byvoet (conseiller communal et CPAS IC à Verlaine), Sophie Darville (conseillère CPAS IC à Hamoir), Catherine Delleuze (conseillère CPAS PS à Hannut), Marc François (conseiller CPAS cdH à Geer) et André Lejeune (conseiller CPAS Projet citoyens à St-Georges-sur-Meuse).

"Quand je vois les mandataires qui bénéficient de sommes faramineuses, je pense qu'on est dans le deux poids deux mesures"

La majorité admettent une négligence leur part. Certains disent avoir été mal informés. D'autres n'hésitent pas à parler de tracasseries administratives pour des sommes ridicules. "Ça doit avoisiner grosso-modo 500 euros brut par an. La preuve que ce n'est vraiment pas l'argent qui m'attire. Quand on voit les poursuites qu'on risque, ce n'est pas piqué des vers", explique Marc François, engagé en politique locale depuis 12 ans, qui dénonce une injustice. "Quand je vois les mandataires qui bénéficient de sommes faramineuses et le peu de réprimande qu'il reçoivent, je pense qu'on est dans le deux poids deux mesures".

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK