Le futur Eros Center de Seraing sera construit comme une galerie

Projet Eros Center
3 images
Projet Eros Center - © D.R

L’aspect physique du futur Eros Center se précise. Ce sera le premier de Wallonie. Il comprendra 34 chambres, ce qui permettrait à une centaine de prostituées d'y exercer. Il sera géré par une ASBL publique.

Le projet devra encore être affiné avant le dépôt de la demande de permis, mais ses grands principes sont donc désormais connus.

L'esquisse du projet permet de connaître les grandes lignes architecturales du futur Eros Center de Seraing. Comme déjà annoncé, il s'articulera autour d'un jardin intérieur réservé aux locataires et à l'administration, explique l'architecte Stéphane Jourdain : "Le jardin sert de zone intime pour pouvoir se ressourcer et surtout il sert d’apport lumineux à l’ensemble des locaux qui sont dévolus aux locataires. Il y aura une cafétéria, un espace de repos et une assistance médicale si nécessaire. On a déjoué la difficulté de faire entrer les locataires de manière tout à fait séparée, en inclinant l’ensemble du bâtiment d’une très faible pente, ce qui fait que l’on arrive à faire pénétrer les locataires au niveau du trottoir et avoir les clients qui évoluent juste au-dessus sur une boucle périphérique qui fonctionne comme une galerie, qui part du parking et qui revient vers le parking".

Une nouvelle ASBL sera créée pour gérer la structure. Ses statuts sont en cours de rédaction. Les politiques y seront majoritaires, comme le souhaitait le bourgmestre de Seraing, Alain Mathot : "Ce sont les politiques qui doivent prendre des décisions sur les investissements à réaliser mais je souhaite, également, que les associations qui travaillent sur le terrain au niveau de la prostitution en fassent partie et puissent donner leurs avis éclairés".

Selon les prévisions actuelles l'Eros Center de Seraing pourrait ouvrir en 2016.

Martial Giot

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK