Le frelon asiatique débarque à Bruxelles: les apiculteurs sont inquiets

Le frelon asiatique peut être dangereux pour l’homme qui s’approche trop près de son nid, ses piqûres sont douloureuses.

Déjà présent depuis 2016 en Wallonie et en Flandre, cette espèce vient d’être aperçue dans deux communes bruxelloise, à Uccle et Ixelles. Le frelon asiatique est un nuisible qui se propage à vitesse exponentielle. Ces deux observations en région bruxelloise laissent présager une invasion.

 

Inquiétudes des apiculteurs

Les apiculteurs de la capitale sont inquiets, le frelon asiatique est un gros prédateur de l’abeille. Sur le toit de la maison communale d’Etterbeek, Yannick Garbusinski, apiculteur passionné s’occupe de trois ruches d’abeilles domestiques : "Dans la série de film Harry Potter, il y a Voldemort. Moi je considère le frelon asiatique comme Voldemort. Quelque chose de très inquiétant, que l’on ne veut pas voir. On est quand même un peu curieux de voir comment ça se passe mais finalement on préfère ne pas y avoir à faire".

L’espèce arrive par bateau en Europe en 2004

L’histoire raconte qu’une bande de frelons asiatiques s’est glissée dans une cargaison de poteries importées de Chine. Elle débarque dans la région de Bordeaux au sud-ouest de la France. Ensuite ce nuisible contamine progressivement le pays avec une vitesse de 80 km par an.

En 2016, le frelon asiatique arrive en Belgique. La Wallonie et la Flandre voient alors se développer plusieurs colonies.

Fin octobre, il est aperçu à deux reprises à Bruxelles. "La suite est claire. Ils s’installent, ils vont prospérer. C’est un frelon qui se comporte très bien en ville contrairement à notre frelon européen qui est plutôt rural. Toutes les villes françaises qui se trouvent dans les zones envahies sont occupées par ce frelon asiatique", explique Michel De Proft, directeur scientifique au CRA-W, le centre de recherche agronomique de Wallonie et spécialiste des frelons asiatiques.

Ne pas paniquer

Cette espèce venue d’Asie est plus petite que le frelon européen. L’asiatique est reconnaissable par ses pattes jaunes. Pour contrer l’invasion, un seul mort d’ordre: il faut impérativement signaler la présence du nuisible. "Il ne faut pas paniquer. Il ne faut pas essayer de le piéger avec des pièges non-sélectifs afin de ne pas faire un carnage dans les espèces non ciblées. Ce qui est recommandé, c’est de prendre des photos et de notifier les autorités compétentes", tient à informer Sophie Dufresne, l’une des apicultrices de l’ASBL Bruxelles M’Abeilles.

Pourtant enrayer l’invasion des frelons asiatiques en Europe semble peine perdue. Au départ d’une seule femelle, aujourd’hui on compte plus de 100 000 nids de frelons asiatiques à travers l’Europe.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK