Le festival Papier carbone, désuet ou à la pointe ?

Le festival Papier carbone, désuet ou à la pointe?
4 images
Le festival Papier carbone, désuet ou à la pointe? - © Tous droits réservés

Le festival papier carbone s’est tenu tout ce week-end à Charleroi. Un évènement qui rassemble des imprimeurs, graphistes, sérigraphistes d’un peu partout en Europe. Sur tous les stands, des affiches, des carnets imprimés, à exposer dans son salon ou à consulter. Bref de l’image sur du papier. Et partout cette impression d’être hors du temps, loin du numérique et des écrans. Sentiment évidemment loin d’être partagé par Nicolas Belayew, un des deux organisateurs pour qui « tout ça n’a rien de désuet. Je pense tout d’abord qu’il y a une vraie saturation de ce monde numérique pour beaucoup de gens et pouvoir se retrouver avec la matière, le papier, les encres et les couleurs, ça permet vraiment de sortir de cet espèce d’hypnotisme de l’écran qu’on a en permanence. »

Ninacosco est installée devant ses mini-éditions. Ce sont de petits livres qui présentent ses dessins… du papier, là aussi. Et pour elle, « Malheureusement, pour obtenir ce résultat, nous sommes obligés de passer devant les écrans et utiliser les ordinateurs. » On est donc loin de simples bricolages ou dessins sur du papier. Il y a dans certains cas des technologies de pointe derrière les images imprimées.

Le numérique qui permet justement beaucoup plus de créativité. La preuve avec, plus loin, une imprimante 3D. Et pour Martin Duchêne, cette technique est très utile pour les créations artistiques. « Beaucoup d’artistes s’intéressent à la technique de l’impression 3D et vont directement essayer de détourner l’usage industriel et productiviste de cette machine pour essayer de créer des matériaux complètement différents ou sur des hauteurs complètement différentes. »

Papier carbone c’est justement ça. Les techniques modernes au service du bon vieux papier et de l’imprimé. Ou à l’inverse fuir les écrans et (re) découvrir le papier.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK