Le dossier du tram a été abordé ce lundi au conseil communal de Liège

Voici à quoi ressemblera le futur tram.
Voici à quoi ressemblera le futur tram. - © SRWT

Un dossier abordé par le petit bout de la lorgnette, puisqu'on y a parlé d'une convention entre la ville et la société régionale wallonne du transport. Mais le document a déchainé les passions, parce qu'il s'agit d'une charte qui détermine déjà, et pour longtemps, qui décidera de quoi.

C'est le groupe VEGA qui a lancé l'offensive contre la convention de coopération entre la ville et la société régionale des transports. Selon son analyse, la municipalité abandonne ses leviers de décision. Et ce, au profit d'un organisme qui n'a, à son actif, en matière de mobilité qu'une seule réalisation d'envergure analogue : le métro carolorégien, qui est un désastre. Et de demander, puisque le point n'est pas vraiment urgent, le report d'un mois, délai pour auditionner quelques techniciens.

Il est rejoint par le parti du travail et par le mouvement réformateur qui, par les voix de quatre conseillers, détaillent leurs appréhensions. Un exemple : le choix des matériaux. Les pré-études fourmillent de précisions sur l'utilisation de la pierre bleue mais, aux endroits de passages, là où il faut du grès, pas de spécifications : qui va pouvoir empêcher des importations chinoises ou coréennes, bas de gamme?

L'échevin en charge du dossier n'en démord pourtant pas. Les pavés européens sont prévus. Il est normal que la société régionale des transports soit le maître d’œuvre. Ce serait déraisonnable de se méfier outre mesure de ce partenaire.

Et, avec les écologistes, peut-être parce que c'est un ministre de ce parti qui exerce la tutelle sur la société régionale de transport, la majorité fait finalement approuver son texte.

M. Gretry

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK