Le dossier des ''affaires tubiziennes'' se dégonfle

Le directeur du centre culturel de Tubize (illustré ici), Bruno Soudan, avait été inquiété par la justice. Il vient d'être blanchi.
Le directeur du centre culturel de Tubize (illustré ici), Bruno Soudan, avait été inquiété par la justice. Il vient d'être blanchi. - © www.tubize-culture.be

A l'origine de ces affaires, des soupçons d'irrégularités dans la gestion de plusieurs associations de Tubize. Sur la vingtaine d'inculpés, seuls trois devront finalement s'expliquer devant le tribunal correctionnel de Nivelles.

La justice estime que tout cela a été exagéré. Michel Picalausa et Carl Delcourte, ex-échevins PS, Daniel Félix, l'ancien président de la section PS de Tubize, ainsi que le directeur du centre culturel, Bruno Soudan… tous ont été blanchis.

Au lendemain des communales de 2006, on se querelle à Tubize pour tenter de prendre le pouvoir ou pour le conserver. Tous les coups semblent permis et au final, la justice finit par s'en mêler sur plainte du bourgmestre Raymond langendries.

Les perquisitions vont alors se succéder dans plusieurs associations sociales et culturelles. Une vingtaine d'inculpations tomberont. Il est question alors de fausses déclarations pour bénéficier de subsides et de notes de frais injustifiées.

Cinq ans plus tard, hormis trois personnes en aveu d'avoir confondu leur intérêt personnel avec celui d'une des associations, les autres inculpés n'ont commis aucune faute pénale estime la justice. Techniquement, cela signifie que les charges retenues contre eux sont insuffisantes pour les poursuivre. Un soulagement.

Bruno Soudan, animateur au centre culturel : ''Après sept ans d’enquête, d’ennuis (y compris de santé), cette décision de la chambre du conseil, c’est vraiment un soulagement!''

A la sortie de la chambre du conseil, les avocats soulignaient l'excellent travail accompli par la présidente pour faire la part des choses. Seule inconnue maintenant : savoir si le parquet fera appel ou non de cette ordonnance.

 

Patrick Michalle, Xavier Van Oppens

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK