Le directeur d'un home impose à son personnel le port du masque depuis quatre semaines

Fosses-la-Ville : le directeur d'un home demande à son personnel de porter un masque depuis le début du confinement
2 images
Fosses-la-Ville : le directeur d'un home demande à son personnel de porter un masque depuis le début du confinement - © Mathieu Baugniet

107 personnes âgées vivent dans la résidence Dejaifve à Fosses-la-Ville près de Namur. Aucun cas de coronavirus n’est à déplorer dans ce home. Le directeur de l’établissement a préconisé le port du masque dès le début du confinement. Selon lui, même s’il est impossible de le prouver, cette mesure porte ses fruits et était essentielle à prendre. Actuellement et depuis plus de quatre semaines, les 103 membres du personnel portent des masques avec une triple protection et évitent les déplacements à l’extérieur.

Isabelle Monin est une résidente. Elle est aujourd’hui sereine et se sent en confiance car le personnel porte des masques. "Oui, ils ont décidé de porter des gants et des protections assez tôt. C’est formidable de la part du personnel. Et cette règle est respectée de manière scrupuleuse", conclut cette dame.

Le directeur a opté pour la prévoyance

Dès le début de la crise du coronavirus en Europe, Bertand Mathy a été très attentif. "Pourquoi le virus s’arrêterait-il à nos frontières ?", nous demande-t-il.

Dès le début du confinement en Belgique, il prend une mesure stricte et prévoyante. Il demande à ses 103 employés (70 équivalents temps plein) de porter des masques. Des protections confectionnées par le personnel. Mais le directeur se fournit également auprès d’une association locale "Un temps pour Soie", un atelier de couture basé à Floreffe. Résultat : il a assez de masques pour tout le monde.


►►► À lire aussi : Port du masque : Auderghem le recommande à son tour officiellement


"Quand j’entends mes confrères, qui sont malheureusement contaminés, beaucoup disent que dès le départ ils n’avaient pas ces protections", explique Bertrand Mathy directeur de la résidence Dejaifve. "Alors est-ce que vraiment nous avons de la chance ici ou est-ce que le masque y est pour quelque chose ? Nous au sein de l’établissement, on pense très sincèrement que c’était une mesure essentielle à prendre. Dès le départ, on s’est protégé avec ça. Je pense qu’inévitablement, les masques ont un rôle important".

 

"Pas n’importe quel masque"

La chance pour la résidence, c’est d’avoir pu bénéficier d’assez de masques pour l’ensemble du personnel. Les protections sont certes artisanales puisque confectionnées par un atelier de couture et des membres du personnel mais elles respectent des normes strictes. "Nous avons des masques maisons réalisés avec trois protections. Il y a le polyester, le coton et entre il y a un filtre. Et le masque est lavable à 60 degrés", explique Jacqueline Vancompenolle, aide-soignante au sein de l’établissement.

Si c’est difficile de porter des masques pendant plusieurs heures, le personnel – très proactif – a également trouvé une parade. Des bandeaux avec des boutons pour accrocher les masques permettent d’éviter les frottements sur les oreilles.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK