Le dernier C-130 de l'armée belge est bien arrivé à Beauvechain

Une page de l’histoire militaire belge a été tournée symboliquement ce matin. Après 50 ans de bons et loyaux services, les avions-cargos C-130 vont être mis à la retraite. Ils sont rendus obsolètes par les nouveaux Airbus A400 M. Quatre avions ont déjà été livrés à leur nouveau propriétaire. Cinq autres effectueront encore quelques vols d’ici la fin de l’année. Mais le seul exemplaire que l’armée va garder, il ne bougera plus.

Il s’est posé vers 11 heures sur la base de Beauvechain en provenance de Melsbroek, sa base historique. Plusieurs élus flamands avaient d’ailleurs regretté le départ de ce dernier C-130. Une pétition avait même été lancée. Ce matin, la ministre de la défense est revenue sur la polémique, "le site de Beauvechain est parfait pour accueillir ce C-130. Il y a déjà 28 avions exposés, il y a une histoire qui peut être racontée ici et ce site est rendu accessible au public. Ce n’est pas le cas à Melsbroek", explique la ministre.

Le War Heritage Institute, anciennement "musée de l’armée", est désormais le propriétaire de la carlingue. L’idée initiale était de l’installer au Cinquantenaire à Bruxelles, mais avec une envergure de 40m, ça ne passait pas. Beauvechain, c’est donc le plan B. Le C-130 va être transformé en pièce de musée accessible au public. Il deviendra, à terme, la pièce maîtresse d’une expo permanente sur l’aviation militaire.

Le grand public pourra alors découvrir l’histoire de cet avion mythique. Il a participé à pratiquement toutes les missions belges à l’étranger depuis 40 ans, du Congo, au Soudan, en passant par l’Afghanistan. Sa faculté à atterrir et décoller sur des pistes en mauvais état fut particulièrement cruciale, notamment lors des missions humanitaires. " C’est un appareil qui a tout fait pendant sa vie opérationnelle ", résume Michel Jaupart, le directeur général du War Heritage Institute, " c’était un peu la bonne à tout faire de l’armée ".

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK