Le démontage des arches du Pont des Trous a repris vendredi

Le démontage des arches du Pont des Trous a repris vendredi
Le démontage des arches du Pont des Trous a repris vendredi - © JOHN THYS - AFP

Les travaux de démontage des arches du Pont des Trous ont repris vendredi matin, selon Scaldis Tournai. La navigation fluviale a été interrompue dans la traversée de Tournai ce jeudi soir, et reprendra lundi 12 août à 6h. "Cette prolongation est nécessaire pour poursuivre et finaliser le chantier", d’après l’entreprise.

Les travaux ont repris par l’enlèvement des éléments restants de l’arche en rive droite, puis par la pile la plus proche de la rive droite. Le travail permettra d’araser la partie supérieure de la pile jusqu’à environ 2 mètres au-dessus du niveau de flottaison. L’entreprise procédera également aujourd’hui à la reprise au grappin des pierres du parapet sur l’arche rive gauche, côté aval.

En plus des relevés de géomètre effectués avant les travaux du week-end dernier, des mesures ont également été à nouveau prises sur la tour de rive droite, dans la journée de lundi. Elles n’ont montré aucun mouvement de la tour de la Thieulerie suite aux travaux entrepris à sa jonction avec les arches.

"La procédure de déconstruction des arches prévoyait également le placement de sismographes à proximité de l’ouvrage pour s’assurer que les vibrations transmises par les engins ne dépassaient pas des valeurs seuil de stabilité. Deux appareils de mesure ont donc été placés avant le démarrage des travaux, vendredi dernier : l’un sur la terrasse surplombant la tour de la Thieulerie (rive droite), le second contre la paroi intérieure de la tour du Bourdiel (en rive gauche)", explique Christophe Vanmuysen, Inspecteur général au SPW Mobilité & Infrastructures, en charge du chantier de modernisation de la traversée de Tournai.

L’aiguille du sismographe placé dans la tour rive gauche a approché ce seuil de tolérance – mais ne l’a pas franchi – et ce, alors que le brise roche attaquait les poutres de béton armé de l’arche centrale.

A certaines fréquences, les vibrations induites par le travail des engins hydrauliques se sont donc transmises à la structure de la tour rive gauche, au travers des multiples armatures et poutres métalliques, et d’un béton particulièrement dense.

Avant de se rapprocher davantage de la tour rive gauche, l’entreprise activera des mesures de protection pour cette dernière.

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK