Le CPAS de Walhain propose une yourte comme logement d'urgence

Comme dans cette yourte située en terre wallonne, la yourte moderne que propose le CPAS de Walhain comprendra tout l'équipement et tout le confort d'un studio de 50m² dans un écrin de verdure appartenant à la commune
Comme dans cette yourte située en terre wallonne, la yourte moderne que propose le CPAS de Walhain comprendra tout l'équipement et tout le confort d'un studio de 50m² dans un écrin de verdure appartenant à la commune - © Rtbf

Une yourte du CPAS comme logement d’urgence : c’est le souhait de la commune de Walhain ! S’il est accepté par l’urbanisme, ce projet sera vraisemblablement une première belge.

Le CPAS de Walhain va introduire en tout cas une demande de permis d’urbanisme pour installer une yourte moderne, inspirée des tentes mongoles, sur un de ses terrains, à Nil-Saint-Vincent. En cas de situation précaire ou d’incendie, les citoyens concernés pourraient donc être hébergés dans ce type de tente confortable et bien équipée.

Appel à projets du Fédéral

C’est à la suite d’un appel à projets du Fédéral pour les logements d’urgence que les assistantes sociales du CPAS de Walhain ont songé à cette idée originale. Conforté par l’assouplissement de la réglementation en matière d’habitat léger et alternatif, le CPAS a donc rentré au Fédéral un projet inédit : une yourte comme logement d’urgence, avec à la clé un subside fédéral de 53.000 euros. Soit, plus de la moitié du budget total estimé à 80.000 euros, équipements inclus.

"Pour les personnes en situation précaire, victime d’un incendie ou de violences conjugales, nous n’avons actuellement que quatre logements d’urgence", explique Agnès Namurois, la présidente du CPAS de Walhain. "La durée maximale de ce type d’hébergement est d’un an (deux fois six mois). Or, malheureusement, la demande est en augmentation. En 2018, Walhain enregistrait 27 dossiers de logement d’urgence. C’est donc bien plus que les 16 demandes enregistrées en 2017. Alors, on s’est dit qu’une yourte pouvait très bien convenir pour une structure d’accueil supplémentaire. Les tentes modernes sont confortables, conviviales et spacieuses ; elles permettent aussi une harmonie bénéfique avec la nature. De plus, la yourte serait installée dans un jardin proche d’autres habitations communales, ce qui favorisera le contact social".

Une législation assouplie

Le 30 avril dernier, le Parlement wallon a voté un décret permettant enfin de définir et de reconnaître juridiquement les habitations légères. Un assouplissement qui devra toutefois encore être suivi des arrêtés d’application. "Car il faudra encore préciser les normes de sécurité, de salubrité et de surpeuplement", précise Vincent Wattiez, spécialiste de l’habitat léger et alternatif. Il faudra aussi prendre des mesures pour éviter les abus. Pas question, par exemple, de permettre aux marchands de sommeil de profiter de ces logements alternatifs en exploitant leurs locataires. "Notre projet est sérieux et nous voulons respecter toutes les normes en matière de sécurité, de salubrité et d’urbanisme", insiste Agnès Namurois. "Nous pensons donc que notre idée pourra obtenir le feu vert de l’urbanisme".

Plus de 50 m²

Le projet du CPAS prévoit une yourte de plus de 50m². Un volume de 140 m³, pouvant accueillir de 2 à 3 personnes. "Ce serait une grande pièce ronde, avec tout l’équipement nécessaire : cuisine, sanitaire, chambre avec mezzanine, chauffage, isolation, électricité, etc…", précise Agnès Namurois. La yourte sera proposée aux candidats concernés, pas imposée. "La yourte sera moderne. Ce sera plus confortable que la version traditionnelle de Mongolie. Mais même là-bas, la yourte prouve qu’elle est un logement tout à fait convenable". Nous avons recueilli le témoignage d'une famille wallonne qui vit dans une yourte depuis des années. "C'est comme une petite maison, avec tout le confort et l'équipement nécessaires, mais en pleine nature. Je pense que le projet de Walhain peut vraiment être intéressant".

Si le projet est confirmé et rencontre un succès suffisant, une deuxième yourte pourrait suivre, en fonction de la disponibilité des terrains. Et d’autres communes pourraient ensuite s’inspirer de l’exemple brabançon wallon. Rappelons enfin que l'habitat léger et alternatif (yourtes, roulottes, caravanes, cabanes,...) concernerait entre 15.000 et 20.000 personnes en Belgique.

 



 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK