Le Covid met les zones de secours à genoux

La crise du coronavirus a durement impacté les finances des zones de secours. Celle de Val de Sambre entre Namur et Charleroi a fait les comptes : la crise a déjà coûté plus de 200 000 euros. Le Fédéral a octroyé deux fois 12.000 euros pour la mise en service d’ambulances dédiées aux patients infectés mais vu la baisse du nombre de cas, elles ont été entretemps supprimées. Le colonel Marc Gilbert a toutefois maintenu un dispositif aux frais de sa zone pour assurer deux à trois déplacements Covid par jour et chaque sortie d’ambulance coûte de l’argent et creuse son déficit : " Nous percevons 60 euros pour une course qui nous coûte déjà en temps normal plus de 200 euros. La prise en charge de patients Covid nécessite des frais de désinfection supplémentaires sans parler de tout le matériel de protection pour notre personnel ! "

 

2 images
Pour le colonel Marc Gilbert il faut que le Fédéral prenne ses responsabilités et honore les engagements pris lors de la création des zones de secours © Tous droits réservés

Face à ces dépenses, la zone de secours a dû se débrouiller en s’appuyant notamment sur des entreprises de la région pour s’équiper : " Nous avons reçu du gel hydroalcoolique ou encore de l’eau de javel pour la désinfection. J’ai aussi réquisitionné un stock de masque FFP2. "

Le sous financement du secteur n’est pas nouveau. L’épidémie de coronavirus n’a fait qu’aggraver le problème. Le Fédéral avait promis de payer 50% de la facture lors de la création des zones de secours en 2015  . Un engagement toujours très loin d’être tenu. Récemment des promesses ont été faites mais elles ne suffiront pas. En attendant ce sont donc les communes qui doivent mettre la main au portefeuille.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK