Le contournement routier de Loverval en question

Pour que ce type d'accident survenu en 1997 ne se reproduise plus
Pour que ce type d'accident survenu en 1997 ne se reproduise plus - © Belga

Plusieurs centaines d'habitants de Loverval, dans l'entité de Gerpinnes, ont assisté mardi soir à une réunion d'information. Celle-ci traitait de la future liaison routière entre le rond-point "Ma campagne" sur la Nationale 5 et le R3 de Charleroi.

L'objectif de cette route à deux bandes de circulation sera de désengorger une partie de la Nationale 5 en déviant notamment les poids-lourds. Trois tracés ont été étudiés par le district carolo du SPW, le Service Public de Wallonie. Et on peut dire qu'aucun de ces tracés ne satisfait les habitants de Loverval.
Ce mardi soir, deux responsables du SPW de Charleroi ont détaillé longuement ces trois parcours.
Le premier passe par une zone boisée et épargne relativement les quartiers d'habitations.
Le 2e longe un quartier résidentiel jusqu'à l'IMTR avant de rejoindre le ring.
Le dernier tracé correspond, lui, à l'actuelle route de la Blanche Borne. Il s’agit d’une route saturée où le trafic a augmenté de plus de 60% depuis 1998. Ce projet s'accompagne de la création d'un tunnel sous le rond-point du Bultia à Nalinnes.
Le SPW doit à présent remettre les résultats de ses études au gouvernement wallon qui devra trancher.

Les différents comités de quartier, eux, restent farouchement opposés à cette liaison routière quel que soit le tracé proposé. Ils estiment qu'une simple route à 2 bande de 3 kms ne correspond pas au chaînon manquant de la E420 au sud de Charleroi et qu'elle ne peut, à elle seule, accueillir tout le trafic dévié de la N5.

Les autorités communales de Gerpinnes comptent elles aussi faire pression sur le gouvernement wallon pour qu'il revoie ses plans.

Selon le calendrier établi, la demande de permis d'urbanisme est fixée à la fin de cette année.

Cédric Loriaux, Daniel Barbieux
Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK