Le constructeur de la méga-prison de Haren a été choisi

Servais Verherstraeten a confirmé que le constructeur de la future prison de Haren avait été choisi
2 images
Servais Verherstraeten a confirmé que le constructeur de la future prison de Haren avait été choisi - © BELGA PHOTO NICOLAS MAETERLINCK

Cafasso Consortium dont fait partie le groupe Denys a été choisi par le gouvernement fédéral pour la construction d'une méga-prison à Haren (Ville de Bruxelles), une information du journal De Tijd confirmée lundi soir par le secrétaire d'Etat chargé de la Régie des Bâtiments, Servais Verherstraeten (CD&V). Les négociations doivent déboucher sur un contrat définissant le projet, la construction, le financement et l'entretien de ce qui sera le plus grand complexe pénitentiaire du pays.

Le "village pénitentiaire" proposera de la place pour 1190 détenus regroupés en plusieurs entités dont trois prisons pour hommes, deux prisons pour femmes, un centre psychiatrique et une institution pour jeunes.  Les autorités devaient choisir entre 4 candidats pour bâtir ce qui sera la plus grande prison du pays ainsi que du plus grand projet jamais géré par la Régie des bâtiments.

Le Cafasso Consortium, créé pour l'occasion, regroupe les partenaires suivants: Denys NV, FCC CONSTUCCIÓN SA, MACQUARIE CAPITAL Group, Vialia Sociedad Gestora de Concesiones de infraestructuras SL, AAFM Facility Management bv (Aracadis Aqumen Facility Management BV), Buro II & ARCHI+I cvba, E G M architecten, le bureau d'étude G. Dervaux nv, Marcq & Roba, Ares, M.O.O.Con, Advsiers bvba, Typsa, et Arch. Dr. Andrea Seelich.

"J'espère que les dernières discussions relatives au contrat se dérouleront rapidement et que nous pourrons passer à l'attribution définitive et signer le contrat. La réalisation d'un complexe d'une telle ampleur est importante d'un point de vue sociétal de manière à mettre effectivement en place une politique pénitentiaire humaniste. Tant les détenus (qui font face à la surpopulation carcérale), que les membres du personnel qui travaillent dans les prisons et la société y gagneront", a réagi Servais Verherstraeten.

A quoi ressemblera l'architecture proposée par le lauréat ?

Exit le modèle en étoile du 19ème siècle. Haren sera bâti comme un village autour d'une place, avec 8 pavillons, eux-mêmes subdivisés en noyaux de 24 cellules, avec un lieu de vie, de rencontre au milieu, pour des activités éventuelles, finis les longs couloirs, et moins de barreaux, comme l’explique Philémon Wachtelaer, architecte lauréat du bureau 2 et Archi+i : "quand les détenus iront d’une unité vers un lieu de travail par exemple, et bien ils passent par cette place.  Donc vous imaginez une place communale avec des bâtiments autour et c’est un peu dans cet esprit-là qu’il faut le voir. Il n’y a même pas de barreaux aux cellules, il y aura naturellement des vitrages de haute sécurité à tous les niveaux, mais voilà vous avez une toute autre perception des choses. Je pense que voir une ouverture et avoir aussi un regard sur le clocher de l’église de Diegem sans avoir dix barreaux devant soi, c’est un vécu qui devient aussi très différent quand on se trouve dans cette cellule. "

Le bureau d'architectes a travaillé plus de 7000 heures pour ce projet qui vient de remporter le concours, mais qui doit encore franchir toutes les étapes d'études d'incidence et de permis. La qualité de détention y dépendra de l'architecture mais aussi de bien d'autres facteurs: les plans ne prévoient qu'un détenu par cellule, encore faut-il parvenir à maintenir cet objectif...


Myriam Baele, Stéphanie Wynants

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK