Le conseil communal de Gembloux confirme son feu vert pour le quartier de la gare

C'est un nouveau quartier qui va voir le jour à Gembloux à côté de la gare. Celle-ci est la sixième la plus fréquentée en Wallonie. D'où l'importance de ce projet qui réhabilitera en partie un chancre industriel. 2500 personnes devraient habiter à termes dans cette zone en bordure de deux routes nationales et d'une chaussée.
2 images
C'est un nouveau quartier qui va voir le jour à Gembloux à côté de la gare. Celle-ci est la sixième la plus fréquentée en Wallonie. D'où l'importance de ce projet qui réhabilitera en partie un chancre industriel. 2500 personnes devraient habiter à termes dans cette zone en bordure de deux routes nationales et d'une chaussée. - © Tous droits réservés.

Il s’agit d’un projet d’envergure pour la région de Gembloux, région à forte pression foncière. Mais c’est aussi un dossier très complexe lancé il y a plus de 15 ans. La création d’un tout nouveau quartier dans une zone en triangle formé par la Nationale 4, la Nationale 29 et la chaussée de Wavre. La zone est située juste à côté de la gare de la cité des Couteliers, la sixième de Wallonie en termes de fréquentation.

L’enjeu est de construire des centaines de logements mais aussi une école et une crèche dans un périmètre urbain de 15 hectares. Celui-ci abrite un ancien chancre industriel (l’ancienne entreprise Eurofonderie à l’abandon depuis des décennies).

Après l’enquête publique, ce mercredi soir a été un moment crucial pour l’avancée du dossier. Le conseil communal a confirmé son approbation du projet et ainsi validé le dossier final du périmètre de remembrement urbain dit "Quartier de la gare". Ce qui signifie que 5 ans après la relance de la réflexion, les responsables politiques ont approuvé le cadre permettant au quartier de se développer.

Prochaine étape : l’approbation du projet par la Région wallonne

Ce feu vert permettra de définir ce qu’on pourra faire ou non dans cette zone. Les promoteurs qui déposeront des projets seront tenus de respecter ce plan d’ensemble. "Le conseil communal avait déjà l’année dernière pris une décision de principe d’adopter ce qu’on appelle un périmètre de remembrement urbain pour réaliser un quartier nouveau", détaille le bourgmestre cdH Benoît Dispa.

"Le point est repassé devant le conseil ce mercredi pour une approbation définitive après l’enquête publique et la prise en compte de diverses observations. Sur base de ce feu vert, le dossier va être envoyé au fonctionnaire délégué de la Région wallonne. Celui-ci le soumettra au gouvernement wallon pour une nouvelle approbation. Le ministre en charge du dossier annoncera ensuite la poursuite ou non du projet".

Le bout d’un long processus

Il y a quelques années, la Ville avait déjà adopté un premier plan. "Mais elle n’était pas satisfaite de la première version. Ce nouveau cadre de référence permettra de développer un quartier moderne, vert, accessible et avec un accès à une gare. Grâce à ce vote, les promoteurs pourront désormais déposer des projets morceau par morceau car le site sera divisé en plusieurs lots tout en nous assurant que l'ensemble constitue un quartier agréable pour tous", explique Gauthier le Bussy échevin de l’Aménagement du territoire.

Les grandes étapes passées du projet...

  • En 2007, la Ville adopte un PCA, un Plan Communal d'Aménagement, initié quelques années plus tôt ;
  • En 2015, elle constate que les projets basés sur le PCA ne sont pas satisfaisants et opte pour une révision (PCAR = PCA révisionnel) ;
  • Les règles du jeu changent avec le code de l’urbanisme wallon (CWATUPE devient CODT) et la Ville décide de faire aboutir non pas un PCAR mais un PRU, un Périmètre de remembrement urbain ;
  • En juin 2019, elle propose la première version du PRU ;
  • En mars 2020, après intégration des remarques, elle propose la deuxième version du PRU. Elle est validée par le conseil communal. 

Qu’est-il prévu de construire dans ce quartier ?

L’idée est que sorte de terre "un petit village" au sein d’une ville de plus de 26 mille habitants. On prévoit d’y construire une crèche, une école maternelle et primaire, un parc, des logements (900) et un parking pour les navetteurs de la SNCB. 2500 personnes devraient habiter à terme "le quartier de la gare". Il est prévu que les immeubles à appartements soient de tailles différentes (de 1 à 8 étages). Enfin, plus de 5% des logements seront publics et seront adaptés aux PMR et personnes âgées.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK
JT 19h30
en direct

La Une

JT 19h30