Le comportement interpellant d'un policier vis-à-vis d'un cycliste (vidéo)

La vidéo a été postée sur Youtube le 20 juillet dernier. Elle provient d'une caméra embarquée d'un cycliste bruxellois utilisant quotidiennement ce moyen de transport.   

Sur les images, alors que ce cycliste arrive à hauteur d'un feu rouge, il constate qu'une fourgonnette de police occupe la zone avancée pour cyclistes (cette zone réservée aux vélos et aux cyclomoteurs devant les feux de signalisation et que l'on reconnaît par ses deux bandes blanches entre lesquelles est peint le dessin d'un vélo). 

Agacé par cette situation, il interpelle l'officier de police derrière son volant et lui demande s'il sait ce qu'est un "sas vélo". Le policier lui rétorque alors ceci : "Le sas vélo ? Il n'y a plus rien au sol, monsieur".

Voyant qu'il n'obtiendra rien d'autre comme réponse, il reprend sa route et passe le feu, toujours rouge, pour tourner à droite. Une manœuvre que lui autorise le petit panneau accroché au feu de signalisation comme on le voit sur l'image :

La fourgonnette de police lui coupe alors dangereusement la route et le policier sort de son véhicule en lui criant : "Vous pouvez faire une remarque aux policiers, mais quand le feu est rouge... je vais vous apprendre le code de la route ! Suivez-moi !".

Le cycliste ne se laisse pas démonter et lui fait remarquer qu'il y avait un panneau "tourne-à-droite" au feu. Le policier rétorque qu'il ne l'a pas vu ; le cycliste lui montre et le policier, au lieu de s'excuser, affirme qu'il n'y avait pas de panneau avant. S'ensuit une discussion sans queue ni tête de plusieurs minutes (20 selon le cycliste) au cours de laquelle le policier ne s'excuse jamais, pire il continue à agresser verbalement le cycliste.

Pas de plainte, mais une enquête disciplinaire

Après quelques recherches, nous avons réussi à joindre ce cycliste, un Bruxellois qui roule à vélo depuis 28 ans au quotidien.

Les faits remontent à février 2017, sur la chaussée de Wavre, à hauteur de la Chasse à Etterbeek. A l'époque, il n'a pas déposé plainte, pensant qu'elle serait classée sans suite comme d'autres plaintes qu'il a déposées par le passé.

Par contre, il décide, quelques mois plus tard, d'en parler au GRACQ, le groupe de Recherche et d'Action des Cyclistes Quotidiens. L'association interpelle dans la foulée le bourgmestre de la commune et le chef de corps de la police. Une enquête disciplinaire est ouverte.

L'information nous a été confirmée par le commissaire de la zone Montgommery. Selon Michaël Jonniaux, l'enquête est toujours en cours. Pour lui, lors de cette intervention, le comportement du policier pose question à plusieurs reprises. Raison pour laquelle a été ouverte cette enquête disciplinaire qui devra analyser le comportement des policiers. Policiers qui ont pu, entre-temps, être identifiés. Pour le reste, le secret de l'enquête est avancé. 

Un marquage conforme ?

Lors de la première altercation, le policier argumente la présence de sa fourgonnette dans le "sas vélo" par le fait que le marquage est à moitié effacé. 

Avait-il raison ?  Voilà ce que dit le code de la route

Autrement dit, si le marquage n'est pas suffisamment visible, l'usager de la route n'est plus tenu de le respecter. 

Reste à savoir ce que l'on entend par "suffisamment visible" et là, renseignements pris, c'est à la justice de trancher en cas de contestation, pas à la police et encore moins au civil quel qu'il soit.

Pour le reste, le cycliste était totalement dans son droit quand il a "brûlé" le feu rouge pour tourner à droite. Ces panneaux existent depuis 2012 en Belgique et la pratique s'est généralisée à Bruxelles depuis 2016.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK