Le cinéma Arenberg, c'est fini !

Le cinéma Arenberg a fermé ses portes ce dimanche, en attendant une nouvelle ouverture fin février avec une autre direction.
Le cinéma Arenberg a fermé ses portes ce dimanche, en attendant une nouvelle ouverture fin février avec une autre direction. - © Belga

Endetté, le cinéma de la Galerie de la Reine ferme - momentanément - ses portes au public. Quelques séances seront encore organisées d'ici la fin du mois mais seulement pour les écoles. Ensuite, une nouvelle équipe prendra le relais.

Plusieurs centaines de personnes étaient présentes, ce dimanche, pour assister aux dernières séances de la journée. Beaucoup de tristesse et d'émotion parmi les spectateurs, mais également du côté du personnel. ''C’est le dernier jour d’une projection publique à l’Arenberg, déclare Thierry Abel (directeur du cinéma). Pour moi, la messe est dite mais c’est peut-être l’occasion de remercier les 39.000 signataires de notre pétition, ces amis du monde culturel. Tous ces gens se sont portés solidaires, à nos côtés. Malheureusement, cela n’aura pas suffi. C’est un modèle économique, un modèle d’activité et d’action culturelle qui disparaît.''

Les difficultés financières ont finalement eu raison du cinéma Arenberg. Criblé de dettes, le bail de l'actuel locataire n'a pas été renouvelé. Un nouveau cinéma, qui devrait continuer de programmer des films d'art et d'essai, sera inauguré le 29 février prochain.

Ces petits cinémas indépendants qui souffrent

Il est vrai que la situation financière des petits cinémas indépendants à Bruxelles n'est pas un long fleuve tranquille. Notamment lorsqu'ils doivent faire face à de gros investissements, comme la numérisation des salles. C'est le cas du cinéma Vendôme, chaussée de Wavre à Ixelles. Malgré le public fidèle – près de 170.000 tickets vendus par an – et la programmation très ciblée, le cinéma ne saurait faire face sans le concours de la Fédération Wallonie-Bruxelles. L’investissement se chiffre à près de 400.000 euros.

Nous nous sommes rendus au cinéma Vendôme. Notre reportage, ci-contre.

Et du côté de la Cinematek…

Six mois à peine après avoir été nommé à la tête de l'institution publique chargée de la conservation, de la restauration et de la diffusion du patrimoine cinématographique, le directeur de la Cinematek – Wouter Hessel – démissionne. Aucune information ne nous est encore parvenue quant à son successeur.

 

Olivier Hanrion

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK