Le Ciné-Gedinne a besoin d'argent et lance un appel aux investisseurs

Le Ciné-Gedinne ne compte qu'une seule salle, tenue par des bénévoles.
Le Ciné-Gedinne ne compte qu'une seule salle, tenue par des bénévoles. - © Google Maps

Ce cinéma de village est un peu particulier, il ne compte qu'une seule salle, tenue par des bénévoles. Et a pour but d'amener le cinéma dans une zone rurale où la salle la plus proche est à plus de 30 km.

Sauf qu’il doit se rénover : remplacer les sièges qui deviennent vieux, refaire l'inclinaison des gradins, l'acoustique de la salle ou encore les revêtements des sols et des murs. Pour cela, les gestionnaires ont besoin de 145.000 euros pour financer les travaux.

Le Ciné-Gedinne va puiser la moitié dans ses réserves, mais pour l'autre moitié, il va faire appel au public. Et émettre des obligations.

Comment est-ce que ça fonctionne ?

C'est un peu comme si vous prêtiez de l'argent au cinéma, après 5 ou 10 ans, vous le récupérez cet argent mais avec en plus des intérêts. 1% par an, c'est mieux que si vous l'aviez laissé sur un compte-épargne. Et pour le cinéma, c'est plus avantageux que d'emprunter directement à la banque. Tout le monde est gagnant.

Selon Anne-Sophie Vandevoorde, la directrice, il y a un engouement pour ce type de placement. "Il y a de plus en plus de choses comme ça qui se font parce que les comptes-épargnes ne rapportent plus rien. Les gens préfèrent donc investir dans des choses qu’ils connaissent, près de chez eux. D’ailleurs, on voit quand même apparaître pas mal de structures qui émergent dans ce cadre-là."

Si les obligations séduisent de plus en plus, c'est notamment parce que les ASBL culturelles ont de moins en moins de subsides. "On est dans une conjoncture où le subventionnement n’est pas du tout la solution. Il faut donc trouver d’autres solutions. Et je pense que l’émission d’obligations est une alternative aux ‘manquements’ du gouvernement."

Les intéressés pourront souscrire par tranche de 100 euros. Mais cela reste un placement, il y a donc un risque de tout perdre. Si le Ciné-Gedinne fait faillite, par exemple.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK