Le CHU de Charleroi dénonce les "décisions prises" dans une lettre au Premier ministre: "Cette mortalité était en partie évitable"

Aujourd'hui, c'est un fait, notre système de santé arrive à saturation. La hausse quasiment quotidienne des chiffres laisse présager que la situation ne va pas prendre de virage dans les jours à venir et c'est ce que les hôpitaux belges et principalement wallons redoutent. Dans une lettre envoyée le vendredi 23 octobre et adressée au Premier ministre Alexander De Croo, le personnel du CHU de Charleroi dit son inquiétude et dénonce les dernière mesures annoncées par le Comité de Concertation. Ils évoquent la mortalité "qui va devenir catastrophique" et qui "était en partie évitable" et demandent des mesures "adéquates".

Les cris d'alarme se multiplient parmi les acteurs de notre système de soins de santé. C'est le cas à Verviers où une unité de soin supplémentaire à été créée sur le parking de l'hôpital mais aussi dans toute la province de Liège qui est considérée par les médias étrangers comme étant la "plus contaminée d'Europe". Visiblement, le Hainaut n'est pas épargné et les infirmier.e.s et soignant.e.s du Centre Hospitalier Universitaire comptent bien le faire savoir aux autorités du pays. À la suite de la conférence de presse du Comité de Concertation, ils ont adressé une lettre au Premier ministre ainsi qu'au Vice-Premier ministre en charge de la Santé, Franck Vandenbroucke.


►►► À lire aussi Coronavirus en Belgique : quelle est la situation dans les hôpitaux de votre région ?


"L’ISPPC CHU de Charleroi se permet de vous interpeller en regard de la gravité de la situation sanitaire et de l’insuffisance des décisions prises par le Comité de Concertation pour arrêter la progression de l’épidémie", écrivent-ils en guise d'accroche. Ils évoquent aussi la situation de quasi-saturation de leur hôpital et précisent que les rendez-vous et autres interventions programmées ont été annulés pour pouvoir faire face à "l'afflux de patients". 

Trois fois plus de personnel pour un patient Covid

Mais si la situation actuelle de l'établissement carolo est interpellante, les membres du personnel estiment que le pire est à venir, et pas que pour eux. "Dans quelques jours, nos capacités hospitalières seront débordées ainsi que l’ensemble des hôpitaux de la Région wallonne", poursuivent-ils. Les équipes précisent aussi que les directives du groupe de management des risques ne tiennent pas compte de l'absentéisme des soignants et surtout des spécificités liées au Covid-19. "Pour rappel, les malades de la Covid19 nécessitent trois fois plus de personnel de santé que les services d’hospitalisations classiques", pointent-ils.

Quelles conséquences ces embûches supplémentaires à la vie "traditionnelle" d'un hôpital engendrent-elles ? "Une dégradation forte de la prise en charge sanitaire qualitative et quantitative de la population avec une mortalité qui va devenir catastrophique", répond le personnel de l'hôpital de Charleroi dans sa lettre. Ils regrettent les taux de mortalité que nous connaissons aujourd'hui : "Cette mortalité prévisible était en partie évitable."


►►► À lire aussi Saturation des hôpitaux à cause du Covid-19 : comment la Belgique peut-elle y faire face ?


Pour conclure ce courrier, les signataires de la lettre estiment qu'une seule "mesure efficace connue" permettra de "casser la courbe actuelle de contamination" : un confinement de la population. "Les hôpitaux ne peuvent pas porter la responsabilité des décisions du Gouvernement fédéral de ce 23 octobre 2020", conclut le personnel soignant carolo.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK