Le chômage, ce long couloir dont les Farciennois ne voient pas le bout

Pour bon nombre d'habitants, c'est la fermeture du puits Sainte-Catherine, le dernier charbonnage wallon, qui a précipité l'appauvrissement de la commune.

La haute tour d'extraction qui le surplombe, sur l'ancien site du Roton, figure sur la liste du patrimoine industriel wallon. Parmi les désormais rares traces de l'activité minière du site, elle se dresse presque fièrement vers le ciel et offre une vue imprenable sur les alentours de Farciennes.

9 images
A Farciennes, une lutte désespérée contre le chômage © Tous droits réservés

Entre deux bistrots sur la Grand Place, Amarego dit faire partie de ces nombreux chômeurs. Il explique que pour bon nombre de Farciennois, les fins de mois sont difficiles.

Mais les jeunes sont aussi très concernés par ce réel problème. Sur la Grand Place, ils sont nombreux à déambuler d'un café à l'autre, en groupe ou parfois seuls, pour faire passer le temps. C'est le cas d'Iman, qui ne perd pas pour autant son sens de l'humour.

Un "Monsieur Emploi" pour vaincre le chômage

Un jeune, un peu plus loin, pointe un manque de moyens accordés pour mettre les Farciennois sur le marché de l'emploi. Résultat: "On traîne, et voilà, quoi", dit-il en haussant les épaules, les mains enfoncées dans les poches de son jeans.

En 2007, compte tenu de la situation, la commune a pourtant fait de la lutte contre le chômage sa priorité numéro un. Grâce à des subsides accordés par la Région wallonne, elle s'est dotée d'un "Monsieur Emploi", qui travaille à temps plein pour aider les demandeurs à trouver un travail.

C'est à Cédric Miesse, qui travaillait déjà à l'activation des chômeurs au sein de la commune auparavant, que ce poste a été confié.

9 images
La porte de l'antenne farciennoise de la MIREC est recouverte d'incitations à l'emploi © Germain Renier/RTBF
9 images
Des offres d'emploi recouvrent un large panneau, dans le couloir des bureaux de Cédric Miesse et de la MIREC © Germain Renier/RTBF

Le bureau de Cédric Miesse est situé au bout d'un long couloir dont les murs et les portes sont couvertes d'incitations à la recherche de travail.

Il travaille en partenariat avec la MIREC, la Mission régionale pour l'Emploi à Charleroi, dont une antenne a été spécialement ouverte à Farciennes. Et outre l'aide à la rédaction de CV, de lettres de motivation, à la définition du projet professionnel des demandeurs et à leur familiarisation aux différentes techniques de recherche, le rôle de Cédric Miesse est de leur donner accès, si besoin, à la formation.

Depuis, les résultats sont positifs: alors qu'il s'élevait à plus de 32%, le chômage concerne désormais moins d'un quart des Farciennois. Mais la commune reste dans le top 5 belge…

Les commerçants se serrent la ceinture

9 images
Le bureau de Pol, un indépendant de Farciennes © Germain Renier/RTBF

Et cet état de fait n'aide en rien les commerçants à Farciennes. Sur la Grand Place et dans les rues adjacentes, beaucoup ont fini par mettre la clé sous le paillasson, suite à une demande trop faible.

9 images
Les entrepôts de Pol, en face de son bureau, où toute publicité a disparu © Germain Renier/RTBF

C'est ce que s'apprête à faire Pol, un indépendant qui s'est spécialisé dans la vente de poêles et de combustibles dont le commerce se trouve juste à côté du Vieux Château de Farciennes. Sous la pression des taxes, il a enlevé toutes les publicités qui devaient attirer l'oeil des passants, pour faire place à de simples écriteaux peints à la main ou dactylographiés, au moindre coût.

9 images
A l'entrée du cabanon dans lequel Pol a installé son bureau, un panneau invite à y faire escale avant de se rendre dans les entrepôts © Germain Renier/RTBF

S'il ne pouvait pas compter sur la clientèle extérieure, il aurait laissé tomber depuis longtemps. "La plupart des commandes qui viennent de Farciennes émanent du CPAS, dit-il en expliquant que le centre "est heureusement là pour aider ceux qui n'ont plus les moyens de se chauffer".

Après l'échec de la Citta Verde, l'Ecopôle nourrit des espoirs

Le projet de Citta Verde, qui comportait notamment l'implantation d'un vaste centre commercial et de nouveaux logements à Farciennes, était vu par beaucoup d'habitants des lieux comme une possible sortie de crise. Il devait fournir de l'emploi aux demandeurs et attirer plus de monde dans le centre, pour redynamiser le commerce. Mais il a été rejeté par le ministre Ecolo de l'Aménagement du territoire, Philippe Henry, qui avait alors déclaré que "la région de Charleroi a été suffisamment marquée par la fermeture d'entreprises, pour ne pas prendre le risque de provoquer à nouveau de tels désastres sociaux".

Aujourd'hui, c'est le projet en cours de l'Ecopôle qui ravive l'espoir de certains habitants. Il doit s'installer au pied du terril Saint-Jacques en 2015, et sera réservé aux entreprises qui privilégient les ressources naturelles et les énergies vertes.

"Un renouveau pour Farciennes", déclare une commerçante, presque cachée derrière les ranges-tout de son magasin, sur la Grand place. Pol n'est par contre pas convaincu, et rappelle le manque de qualification dont souffrent beaucoup de Farciennois.

"Les Farciennois ont un grand espoir que le politique apporte des réponses à leur situation", dit Monsieur Emploi alors que les élections approchent, en ajoutant que "cet espoir est d'autant plus grand que leur situation est urgente".

Sur certaines bouches, on entend aussi que "comme le bourgmestre va se présenter aux élections en tant que député, il aura peut-être le bras un peu plus long pour décrocher des subventions".

Germain Renier

@g_renier

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK