Le charbon a de nouveau la cote

Illustration.
Illustration. - © Flickr - Lili

Paradoxe de la crise, des consommateurs sont obligés de se tourner –ou plutôt de retourner- à des énergies qui ont contribué à faire tourner l’économie du Borinage, du Centre, de Charleroi et d’ailleurs : le charbon.

La raison est simple et purement arithmétique : le charbon est deux fois moins cher que le mazout.  Pour ceux qui viennent ou reviennent au charbon, les autres considérations passent au second plan : le fait que le charbon soit plus toxique d’abord, qu’il soit moins pratique, ensuite.

Car avec le charbon on s’éloigne évidemment des préoccupations écologiques, on est très loin de la propreté d’un carburant comme le gaz.  Avec le charbon, il faut aussi retrousser ses manches, remonter des seaux de la cave, alimenter le foyer en pelletées régulières et le nettoyer quasi quotidiennement.

Mais les chiffres sont là : certains marchands de la région de Mons-Borinage ont enregistré une augmentation de cinq pour-cent de leur vente de ce combustible qui présente comme autre avantage de pouvoir s’acheter en petits conditionnements et permet donc de fragmenter ses dépenses énergétiques, une pratique quasi impossible avec le mazout.

Thomas Rorive s’est rendu à La Bouverie dans l’entité de Frameries où il a rencontré un de ces utilisateurs de charbon.  Ecoutez son reportage ci-contre.

Vincent Clérin

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK