Le chantier du RER à nouveau menacé… à cause d'une signature manquante

Le Ministre-Président bruxellois, le PS Rudi Vervoort, conteste l'affectation d'une somme de 19 millions pour la rénovation des futures gares RER.
Le Ministre-Président bruxellois, le PS Rudi Vervoort, conteste l'affectation d'une somme de 19 millions pour la rénovation des futures gares RER. - © RTBF

On le croyait sur les rails... mais ce n'est peut-être pas le cas. Les travaux ont repris sur les lignes qui relient le Brabant wallon à Bruxelles, mais le financement annoncé par le ministre fédéral de la Mobilité est menacé… à cause d'une signature manquante.

Un député MR bruxellois tire la sonnette d'alarme

David Weytsman cible l'inaction du ministre-président PS Rudi Vervoort dans le dossier du RER.

Doté d'un budget solide, le Réseau Express Régional pourrait enfin aboutir dans un avenir plus trop lointain. Pour garantir les investissements (un milliard promis, NDLR) quel que soit le prochain gouvernement fédéral, un accord de coopération avec les Régions est nécessaire. La Flandre et la Wallonie ont signé l'accord. Mais pas la Région bruxelloise.

Pour le député MR David Weytsman, c'est incompréhensible. "Je pense que peut-être le ministre est en train de cacher certaines difficultés qu'il a avec la Stib. Mais tout ça, c'est de la politique politicienne, ce n'est pas dans l'intérêt des Bruxellois ! On doit aller de l'avant ! Il faut signer cet accord de coopération qui permettra de pérenniser les investissements nécessaires, qui sont d'ailleurs intégralement à charge du fédéral. Le ministre ne perd donc rien du tout ! Il ne faut pas jouer, là !"

Le ministre-président Vervoort se dit prêt à signer l'accord de coopération. Mais il conteste l'affectation d'une somme de 19 millions pour la rénovation des futures gares RER. Le fédéral ne tiendrait aucun compte des priorités régionales.

Ce à quoi David Weytsman répond : il s'agit d'argent fédéral et donc d'une décision relevant exclusivement de ce niveau de pouvoir.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK