Faute de moyens, Keramis réduit ses activités... et son personnel

Fours bouteilles du Centre Kéramis à La Louvière
Fours bouteilles du Centre Kéramis à La Louvière - © Tous droits réservés

Les responsables du Musée de la Céramique de la Fédération Wallonie Bruxelles ont rencontré la presse, ce vendredi, afin de faire le point sur la situation financière très difficile de l’institution.

4 ans quasiment jour pour jour après son ouverture, sur le site de l’ancienne faïencerie Boch, l’avenir s’annonce bien sombre. Ce centre dédié à la céramique et à la faïencerie a en effet ouvert ses portes le 8 mai 2015. L’institution a certes des moyens, mais ils sont limités : 420.000 euros de budget annuel total, dont 312.000 pour le personnel, 8 équivalents temps plein, auxquels il faut ajouter les frais de fonctionnement du bâtiment. Le coup de grâce est arrivé cette année, avec la suppression des 50.000 euros d’aides PTP, Plan de Transition Professionnelle, qui avaient pourtant aidé à engager 3 anciens travailleurs de Royal Boch, tout un symbole. Ludovic Recchia, l'administrateur-délégué bénévole du musée ( son détachement à la tête du musée n'a pas été reconduit) précise que malgré tout, la sqtructure fait des bénéfices : "nous avons environ 200.000 euros de bénéfices, grâce à la cafeteria, les tickets, la location de la salle, et bien d'autres choses, mais ce n'est pas suffisant". Le conseil d'administration de Kéramis a donc du prendre une série de mesures douloureuses : " Si on continue nos activités comme aujourd'hui, nous serons en dépôt de bilan en novembre. Décision a donc été prise de limiter les heures d'ouverture. Nous serons ouverts tous les après-midi, 6 jours sur 7, à partir de septembre. Les expositions temporaires prévues sont annulées, et nous devons hélas nous séparer de 21/2 temps plein. Il est clair que c'est le serpent qui se mord la queue : ouverture limitée signifie moins de visiteurs donc moins de rentrées financières. Mais nous n'avions plus le choix"

Certains estiment que le Centre est victime d’une guerre des tranchées politiques, entre le PS et le cdH, qui se regardent en chiens de… faïence dans la région. Fabienne Capot, députée permanente socialiste et présidente du Conseil d'Administration, botte en touche, mais reconnaît que, même si d'autres musées de la Communauté Wallonie-Bruxelles connaissent aussi des jours difficiles, dans le cas de Kéramis, il y a à tout le moins une mauvaise volonté de la part de la ministre CDH de la culture Alda Gréoli : " Nous avons à plusieurs reprises attiré l'attention de son cabinet sur nos problèmes, envoyé des courriers qui sont restés sans réponse. C'est inadmissible. " A la question : vous lancez ce cri d'alarme quelques semaines avant les élections du 26 mai. C'est un message que vous faites passer au futur ministre de la Culture ? Fabienne Capot répond : " Clairement. C'est aussi cela, attirer l'attention pour que des décisions claires et précises soient enfin prises après le 26 mai concernant notre musée. "

Du côté du cabinet de la ministre Gréoli justement, on nous expliquera que "le budget initial du musée est de 215.000 euros par an, qui a été gracieusement enrichi de 50.000 euros  par la ministre. Alda Greoli dit s'étonner de tels problèmes financiers si tôt dans l'année, et à demandé - et reçu - les bilans comptables des années précédentes. un examen de ces comptes montre des zones d'ombre qu'il conviendra d'éclaircir avant de voir ce qu'il convient de faire".

Archives: Journal télévisé 08/05/2015

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK