Le centre de défense sociale de Paifve ne sera finalement pas privatisé

Etablissement de défense sociale de Paifve
Etablissement de défense sociale de Paifve - © RTBF

C'est une information RTBF. Le personnel du centre de défense sociale de Paifve a repris le travail tôt ce matin. Il était parti en grève lundi soir. Depuis plusieurs semaines déjà, les 250 fonctionnaires de l'établissement s'opposaient au projet de privatisation envisagé par le Ministre Koen Geens dans le cadre de son plan pour les prisons. Hier, plus d'une centaine de travailleurs se sont rendus en cars au ministère de la Justice à Bruxelles. Et ils n'ont pas fait le voyage pour rien. Le ministre de la Justice a en effet promis de s'engager par écrit à renoncer à son idée de le privatiser. Ce qui constitue un fameux revirement de situation. Le personnel gardera donc bien son statut de fonctionnaire mais, autre revirement de situation, il pourrait dépendre à l'avenir du ministère de la Santé, et plus de celui de la justice. Le centre de défense sociale de Paifve deviendrait un établissement de soins à part entière, en accueillant cependant toujours des personnes ayant commis des délits et qui présentent des troubles mentaux. Côté syndical, comme le précise le délégué CGSP Roland Bolly, " On est satisfait de ne pas aller vers le privé et de rester un service public. Mais il y a encore beaucoup de questions en suspens. On ne sait pas quels vont être nos nouveaux statuts, quel est le nombre de travailleurs qui pourront rester, quelles seront les nouvelles tâches à accomplir, pour quels salaires. Mais ce qui est positif, c’est qu’il y a clairement une volonté de concertation ". Une réunion est d'ailleurs planifiée le 27 novembre, entre l'administration des prisons, le cabinet de la Justice, celui de la Santé, et la direction locale du centre de défense sociale de Paifve.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK