Le casse de la bijouterie Rassart, comme dans les films…

On estime la valeur des bijoux dérobés à près d’un million d’euros (illustration).
On estime la valeur des bijoux dérobés à près d’un million d’euros (illustration). - © Flickr - rogerbarker2

Cette bijouterie est l’une des plus vastes de Belgique et la plus moderne de Charleroi. Cela ne l’a pourtant pas empêchée d’être dévalisée le 1er mai dernier, discrètement par des professionnels.

La bijouterie est située sur la chaussée de Gilly. Elle est connue, elle y est installée depuis 1943. C'est aujourd'hui la plus moderne du coin et la plus vaste, largement, de la région : deux étages, 900 m² entièrement réaménagés il y a deux ans, équipés de ce qui se fait de mieux en matière de sécurité.

Pourtant, le 1er mai (tous les commerces étaient fermés), des professionnels y ont dérobé des bijoux, pour une valeur estimée à près d’un million d'euros d'après.

Des professionnels ? Les enquêteurs n'en doutent pas : passage par les toits, neutralisation des systèmes d'alarme, coffre attaqué à la disqueuse, choix des pièces emportées... Tout semble porter la signature du grand banditisme spécialisé.

Du côté de la bijouterie, dans laquelle travaillent 22 personnes, on se refuse à tout commentaire. Reste donc, pour tous les bijoutiers, les deux questions-clé que pose un tel cambriolage. Comment un système de sécurité si élaboré, proche de ce qui se fait pour les banques, a-t-il pu être neutralisé ? Et quelle attitude prendront à l'avenir les compagnies d'assurances lorsqu'il s'agira de couvrir une installation, même protégée ?

Alain Vaessen

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK