Le Carnaval de Binche 2021 n'aura pas lieu

Le Carnaval de Binche 2021 n'aura pas lieu
Le Carnaval de Binche 2021 n'aura pas lieu - © Tous droits réservés

L’annonce a été faite ce matin par le Bourgmestre de Binche, Laurent Devin, à l’occasion d’une conférence de presse. Le Carnaval de Binche 2021 n’aura pas lieu. "Nous ne vivrons pas le Carnaval 2021 à Binche. Les conditions sanitaires qui sont celles que nous connaissons aujourd’hui et que nous connaîtrons encore pendant plusieurs semaines et mois ne nous permettent pas d’espérer vivre le Carnaval comme les amoureux du folklore que nous sommes veulent le vivre. Il faudra être patient et le Carnaval 2022 n’en sera que plus intense".

Une première depuis la deuxième guerre mondiale et 6 années d’interruption…. Jusqu’ici, le déroulement du Carnaval binchois, menacé en 1991 par le déclenchement de la guerre du golfe ou plus récemment par les attentats de Bruxelles, avait résisté mais cette fois, ce ne sera pas le cas.

Le bourgmestre a également précisé que les Carnavals qui devaient se tenir dans les autres villages de l’entité étaient eux aussi annulés.

Cette année, les premiers cas de coronavirus chez nous étaient intervenus quelques jours après le Mardi gras, et le Carnaval de Binche s’était tenu. Mais la plupart des autres Carnavals avaient ensuite dû être annulés.

Les gilles, associés à la décision, ne veulent pas d’un Carnaval au rabais

Au mois d’août, alors que la première vague semblait être bien derrière, l’espoir de vivre le Carnaval 2021 était réel. Mais dès l’apparition de la deuxième vague, cet espoir s’est peu à peu estompé jusqu’à devoir se résoudre. De manière unanime, les sociétés de gilles se sont prononcées pour une annulation pure et simple. Pas question d’envisager une formule adaptée, un Carnaval "autrement". "La bonne santé des participants aux carnavals, actifs ou spectateurs, est primordiale. Nous ne voulons pas d’un Carnaval soldé, s’est exprimé Alain Pourbaix, le Président de l’Association de Défense du Folklore faisant fonction. Un questionnaire a été adressé à toutes les sociétés de gilles. Et les réponses allaient toutes dans le même sens. Notre Carnaval est fait de traditions ancestrales et il n’est pas question d’y apporter des modifications".

Pas vraiment une surprise, mais quand même…

A Binche, cette annonce était attendue et ne constitue pas une réelle surprise. Mais c’est la mort dans l’âme que les binchois admettent aujourd’hui que la décision est sage et logique. L’an dernier, ce n’est que quelques jours avant que ne déferle la première vague et que le pays connaisse son premier confinement qu’ils avaient pu vivre in extremis leur Carnaval. Après eux, ils ont vu tous les amoureux de folklore devoir renoncer, le cœur lourd, à leurs festivités. Aujourd’hui, de Binche ou d’ailleurs, tous ces amoureux de folklore sont résignés ensemble. Car l’annulation ne touche pas que la Cité du gille, mais tous ceux qui y viennent chaque année pour célébrer la fin de l’hiver et le début de l’année folklorique.

Binche solidaire

En marge de cette annonce, Laurent Devin a présenté toutes les actions qui seront mises en place par la commune pour aider tous les secteurs, commerces, établissements Horeca, acteurs culturels et sportifs qui sont touchés par la crise sanitaire que traverse le pays. L’absence de Carnaval ne va pas les aider. "Ici, tout le monde vit autour du Carnaval, explique David Barin, le patron de la Chamade, un des nombreux cafés de la Grand-Place. Les pharmaciens font leur plus grosse journée de l’année la veille du week-end gras ! Les coiffeurs, les traiteurs, les fleuristes… Tout le monde. Dans mon bar, ça n’arrête pas pendant une semaine. Et même des mois avant. Mon établissement abrite le local d’une société de gilles. C’est ici qu’ils viennent régulièrement tenir leurs réunions pour préparer le carnaval. L’absence de Carnaval va évidemment impacter fortement notre budget".

Les autorités communales se sont également engagées à rencontrer les louageurs la semaine prochaine. Ce sont eux qui confectionnent et louent les costumes aux gilles. Il en existe trois, à Binche. Trois commerces pour lesquels les carnavals sont la seule source de revenus et qui se trouvent dès lors en très grande difficulté, l’année 2020 ayant déjà été largement amputée de très nombreux événements.

Retrouvez la conférence de presse de la Ville de Binche en intégralité

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK