Le bourgmestre Marc Cools veut qu'Uccle quitte la zone de police Uccle-Watermael-Auderghem

Uccle est dans une zone de police avec Watermael et Auderghem.
Uccle est dans une zone de police avec Watermael et Auderghem. - © AURORE BELOT - BELGA

A Uccle, le bourgmestre faisant fonction MR Marc Cools jette un pavé dans la mare. Alors que celui-ci remplace Armand De Decker (MR) à ce poste depuis que ce dernier est en congé maladie, Marc Cools appelle sur les réseaux sociaux à ce que sa commune quitte la zone de police qu'elle forme avec Watermael-Boitsfort et Auderghem.

Une zone unicommunale

Ses arguments? "Je suis bourgmestre faisant fonction d'Uccle depuis un peu plus d'un mois et demi (...). J'ai eu pendant cette période de nombreux contacts avec notre police locale. Ceux-ci ont confirmé ma conviction que la zone de police Uccle-Watermael-Boitsfort-Auderghem est un non sens tant au niveau de son organisation que de son fonctionnement. Cette zone doit être scindée en deux et Uccle doit devenir une zone unicommunale. Beaucoup de zones en Flandre ou en Wallonie ont moins d'habitants qu'Uccle qui au surplus est une commune très étendue. Quelle est la logique d'une zone de police dont la seule voirie qui relie les deux parties qui la constitue est la chaussée de La Hulpe régulièrement embouteillée? Une telle scission permettrait aux Ucclois d'être responsables, ce qu'ils ne sont pas aujourd'hui, des décisions concernant leur police de proximité."

Uccle compte actuellement plus de 80 000 habitants et est l'une des plus étendues de la Région bruxelloise avec la Ville de Bruxelles et Anderlecht.

A la RTBF, Marc Cools explique que la zone actuelle est une "hérésie historique". "A l'époque de la fusion, on n'a pas voulu créer une zone unique pour Uccle. Alors que dans les faits, aujourd'hui, nous sommes déjà séparés. Au niveau de la police de proximité par exemple, Uccle dispose de son propre commissariat, au square Marlow quand les deux autres communes ont le leur rue des Tritomas."

Si Marc Cools ne remet pas en cause les résultats de la zone en matière de la lutte contre la criminalité, il souhaite une maîtrise plus grande de la part d'Uccle. "Nous pourrions gérer nos propres priorités."

Selon le bourgmestre faisant fonction, cette "défusion" n'entraînerait aucun coût supplémentaire: "Le charroi est déjà partagé au sein de la zone entre les entités, la centrale d'achat est principalement fédérale. Par ailleurs, Uccle est propriétaire du bâtiment de son commissariat Marlow."

Désaccord au sein du MR local

Cette sortie n'a pas manqué de faire réagir. A commencer par un échevin MR du collège, Eric Sax qui s'adresse au mayeur faisant fonction. "C'est le bourgmestre Deridder qui était à la manœuvre lors de la création de la zone. Tu étais échevin tout comme moi. Il fallait choisir entre s'associer et envoyer nos policiers sur Forest et Saint Gilles ou Watermael et Auderghem. A titre personnel, en ma qualité de conseiller police, depuis la création de notre zone, je ne me suis jamais opposé aux demandes légitimes des deux autres communes respectant leur choix de gestion du personnel ou d'équipement. Pour le reste, ce n'est pas à l'ordre du jour me semble-t-il."

Lors de la création des zones de police, début des années 2000, Uccle n'a jamais remis en question son appartenance à sa zone. A l'inverse d'Ixelles. A plusieurs reprises sous le mayorat de Willy Decourty (PS), ce dernier a demandé à ce qu'Ixelles, fusionnée à la Ville de Bruxelles, puisse créer sa propre zone. Cette demande a été abandonnée.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK