Le bourgmestre de Hamoir porte plainte contre la société bpost

L'administration communale hamoirienne a récemment voulu avertir ses administrés de l'ouverture d'un terrain de sport, dans un village. Elle s'est adressée à la société bpost pour distribuer un feuillet toutes-boîtes. En principe, comme les autres pouvoirs publics, elle bénéficie d'un tarif préférentiel. Pas cher à l'unité, certes, mais calculé sur une quantité d'exemplaires largement surestimée : 800 pour un hameau qui compte 370 habitations. Le bourgmestre, qui connaît son territoire comme sa poche, immeuble par immeuble, s'est emporté. Il a déposé plainte.

En fait, c'est un problème informatique. Le logiciel Georoute, rue par rue, note le numéro de la dernière et de la première maison. Il effectue une bête soustraction qui donne le nombre de boîtes aux lettres. Mais, en zone rurale, il existe quantité de parcelles non construites qui sont numérotées. D'où la différence entre le chiffre des ordinateurs de bpost et la réalité.

Le logiciel Georoute est, apparemment, incapable de se corriger. Sur quatre ou cinq ans, les arriérés de somme indûment payées pourraient grimper. Et, dans les campagnes ardennaises, d'autres localités vont sans doute aller vérifier de plus près les montants qu'elles ont déboursé en faveur de bpost.

 

M. Gretry

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK