Le boulevard Albert II à une bande: un chantier "inutile" selon Schaerbeek

Le boulevard Albert II et sa piste cyclable séparée.
Le boulevard Albert II et sa piste cyclable séparée. - © Bruxelles Mobilité

Ce mercredi se tenait à la Ville de Bruxelles la commission de concertation relative au réaménagement du boulevard Albert II, de la rue Rogier à la Petite Ceinture. Un projet porté par le ministre de la Mobilité Pascal Smet (SP.A) et son administration Bruxelles Mobilité. But de ce chantier dans le cadre du RER-Vélo: aménager des pistes cyclables séparées de la voie carrossable en inversant la zone de stationnement, élargir la zone de stationnement pour les autocars, améliorer la sécurisation des traversées piétonnes et aménager un terminus bus à l'entrée du boulevard.

Si la délivrance du permis est prévue d'ici quelques jours, les parties impliquées dans le projet ont déjà remis leurs avis. Et notamment les autorités de Schaerbeek qui ont arrêté une position ce mardi lors de la réunion de son collège. La commune traversée par cette importante voirie régionale comme la Ville de Bruxelles et Saint-Josse parle de travaux "inutiles" pour plusieurs raisons.

"Et le boulevard Lambermont?"

Tout d'abord, "il n'y a jamais eu la moindre concertation avec notre commune. Nous avons pris connaissance de ce projet au moment du dépôt de la demande de permis", regrette Denis Grimberghs (cdH), échevin de la Mobilité. Ensuite, "la piste cyclable actuelle ne nous semble pas dangereuse. Elle fonctionne correctement. Nous ne voyons donc pas l'utilité de la rénover. D'autant qu'ailleurs à Schaerbeek, sur les voiries régionales, des pistes cyclables sont dans un état lamentable. Je pense notamment à la piste du boulevard Lambermont dont on nous promet la rénovation depuis des années."

Pour l'échevin, la mise en place d'un espace supplémentaire réservé aux autocars est une mauvaise idée. "Depuis que la Ville de Bruxelles a décidé de réduire la présence des autocars dans le quartier de la Gare Centrale, le problème est aujourd'hui reporté au niveau de la gare du Nord à Schaerbeek. L'emplacement existant, rue du Progrès, explose littéralement et les autocars débordent."

Une étude sur l'utilité du passage à une bande

Enfin, le projet prévoit une mise à une bande de circulation pour les automobilistes sur plusieurs tronçons du boulevard. De quoi faire craindre des embarras de circulation. "Avec le piétonnier du centre et la fermeture des tunnels, la situation est déjà compliquée pour les communes limitrophes. Ce que Schaerbeek demande donc, c'est que la Région présente des données chiffrées qui montrent qu'on ne sait pas faire sans une mise à une bande du boulevard. Pour l'instant, nous n'avons aucun élément nous amenant à aller dans ce sens."

Du côté du cabinet du ministre Pascal Smet, les remarques sont prises en compte et on évoque à ce stade des blocages "surmontables".

 

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK