Le Bervoets, un nouveau quartier à Forest

Des bâtiments blancs, construits selon les nouvelles normes énergétiques, et des rues où la plupart des passants sont des ouvriers. Nous sommes dans le nouveau quartier Bervoets. Un quartier qui va modifier la physionomie de Forest.

Magda De Galan, la bourgmestre, indique: "Souvent, on dit que Forest, c’est deux morceaux: le haut, avec des gens plus aisés et le bas industriel. Mais il y a ce qu’on appelle le milieu. Et ceci peut faire un tampon. Forest ne sera plus dual, mais multi-quartiers."

Ce quartier illustre bien deux défis auxquels Bruxelles est confrontée: d'une part, la diminution des émissions de gaz à effet de serres, d'autre part, l'énorme défi du boom démographique. Car, dans les années à venir, les Bruxellois seront de plus en plus nombreux.

"Les personnes qui vont arriver, ce ne sera peut-être pas uniquement dans les nouveaux quartiers, projette Evelyne Huytebroeck, ministre de la Rénovation urbaine. Il y aura aussi beaucoup de rénovations. Mais ici, vous avez ce quartier Bervoets, mais vous aurez également des nouveaux logements juste en face du patinage et un petit peu plus loin, derrière le Wiels. Uniquement le long de cet axe, entre la gare du Midi et la place Saint-Denis, à Forest, vous aurez à peu près 2000 ménages qui auront un logement dans les années qui viennent."

Des nouveaux logements apparemment bien nécessaires, car les 239 nouveaux logements du quartier Bervoets ont déjà trouvé acquéreur.

Les transports en commun ont-ils été oubliés?

Le problème du quartier Bervoets, c'est qu'il n'est pas facilement accessible en transport en commun, alors que 200 places de parking souterrain ont été construites. Evelyne Huytebroeck explique: "Il y a eu beaucoup de demandes du côté de la commune de Forest. Mais elles n’ont pas été entendues du côté de la STIB. Je ne désespère pas qu’on y arrive, parce que je pense que ce serait vraiment une grande avancée que les citoyens puissent aller directement vers la gare du Nord ou vers le centre sans devoir changer de transport à la gare du Midi."

Les changements de transports, dans le jargon, on appelle ça les ruptures de charges. Pour Magda De Galan, c'est ça le véritable problème. "Si le tram pouvait nous conduire sans rupture de charge ne fût-ce qu’à la Bourse puis jusqu’au nord, on aurait déjà possibilité de raccord", signale-t-elle.

Pour le moment, la STIB n’a annoncé aucun changement. Mais, vu que d'autres nouveaux logements vont voir le jour dans les années à venir, cela poussera peut-être la société de transports en commun à augmenter son offre.

Geoffroy Fabré – Delphine Wilputte

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK