Le bâtiment historique des bains de Spa se refait une beauté

Une cinquantaine de spadoises et de spadois ont suivi, ce samedi, la réunion d'information organisée dans le cadre de l'enquête publique sur la demande de permis d'urbanisme. Globalement, le projet semble accueilli positivement, même si des réticences s'expriment sur l'un ou l'autre détail. Il reste trois jours, jusqu'à mardi, pour rentrer à l'administration communale d'éventuelles observations écrites.

L'eau, le retour...

C'est sans doute paradoxal, pour une ville qui a "inventé" le thermalisme, mais les anciens thermes sont privés d'eau, depuis longtemps. A l'origine, au milieu du XIXème siècle, une majestueuse fontaine a orné la façade monumentale. Elle a disparu, au fil des transformations. Les architectes en charge du dossier prévoient de la reconstruire, à l'identique, grâce à des plans et des photographies d'époque.

La philosophie du vice et versa

Et, paradoxe dans le paradoxe, ce somptueux perron ne devrait pas rester l'entrée principale de l'établissement de 80 chambres qui doit s'installer dans ces vénérables murs. Comme le souligne Paul Lievevrouw, "c'est une entrée surmonumentale; c'est superbe, mais grimper tous ces escaliers avec ses valises, ce n'est pas commode; cette aile doit plutôt être consacrée à des activités en relation avec la cité, avec une brasserie, par exemple; et, à l'autre bout, le laboratoire Henrijean doit disparaître, pour céder la place à une sorte de jardin d'honneur, par lequel les clients de l'hôtel pourront disposer d'un accès de plain pied."  Pour l'instant, il y a un "avant" et un "arrière", mais il faut désormais changer cette perception de l'espace.

Un bardage avec des tiges en céramique

Pour fermer ce jardin d'honneur, un immeuble contemporain doit être construit, avec des commerces au rez-de-chaussée, deux étages de chambres d'hôtel, et un dernier niveau avec des appartements. C'est le point qui a suscité le plus de questions. Le gabarit en effraye quelques-uns: il risque de priver de lumières quelques maisons du voisinage immédiat. Mais pour les auteurs du projet, son volume s'inscrit dans la continuité des monuments des alentours. Et il est prévu de le revêtir d'un parement en tiges de céramique, des lignes verticales de couleur sable, dont les tons et les reflets doivent précisément éviter de choquer.

Et la mobilité ?

Globalement, ce projet supprime des emplacements de stationnement dans deux rues adjacentes. D'où quelques inquiétudes. Il est prévu de garer des voitures sur deux sous-sols, mais seules quelques-unes des 55 places pourraient être publiques. Et payantes... L'échevin de l'aménagement du territoire s'est montré rassurant. Des solutions sont à l'étude. Il est question, par exemple, d'envisager un parking à étages à la place de la Poste.

Deux ou trois ans de travaux....

La transformation de cabines de soins pour curistes en lieux d'hébergement qui répondent aux normes modernes n'est pas évidentes. A l'intérieur, des cloisons vont être abattues, lorsqu'elles ne présentent pas d'intérêt patrimonial. Des plafonds et des éléments de décoration vont demander des interventions particulièrement minutieuses. D'où la difficulté à fixer une date, même approximative, pour une inauguration. Le chantier devrait prendre au moins vingt-quatre mois....

 

 

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK