Le 87e carnaval de Schaerbeek annulé ou amputé en raison de la menace terroriste

Menace terroriste aussi pour le Scharnaval.
Menace terroriste aussi pour le Scharnaval. - © Schaerbeek La Dynamique

Coup dur pour les Schaerbeekois! Le grand cortège carnavalesque qui doit s'élancer le samedi 19 mars à l'assaut des rues de la commune est victime de la menace terroriste. Trois hypothèses sont sur la table des organisateurs: soit le 87e Scharnaval est purement et simplement annulé, soit il est maintenu dans sa configuration traditionnelle, soit - le scénario le plus probable - son parcours est amputé. C'est-à-dire? Fini le départ place Meiser, la remontée par l'avenue Cambier et l'avenue Chazal, la place Dailly, l'avenue Dailly, le quartier Bienfaiteurs. Les chars s'élanceraient à partir de Chazal pour longer le parc Josaphat avant l'avenue Voltaire et Helmet. Le tracé ne ferait plus que 3,5 à 4 kilomètres contre un peu plus de cinq habituellement. Une réunion avec tous les acteurs de la sécurité et les autorités locales doit avoir lieu le 2 mars pour arrêter la décision.

On l'a dit: en raison du niveau 3 actuel de la menace, la police de la zone Nord mais également le Fédéral ont émis de sérieuses réserves quant à l'organisation du Scharnaval. La trop grande concentration de spectateurs - le cortège attire plusieurs milliers de personnes - est un des facteurs pris en compte pour estimer le risque d'attentat. De plus, nous sommes à Bruxelles, capitale régulièrement menacée et ville d'où proviennent plusieurs des terroristes du 13 novembre dernier à Paris. Enfin, les dernières révélations de la DH sur la très possible présence de Salah Abdeslam dans une maison de Schaerbeek n'aident pas à rassurer les autorités locales.

Une police en nombre

Ceci étant, à moins d'un mois de l'événement, le bourgmestre Bernard Clerfayt (DéFI) et l'échevin en charge de l'organisation du Scharnaval Etienne Noël (Libéral) ne veulent pas souhaité sombrer dans la panique. Malgré les recommandations policières, le Scharnaval devrait être maintenu mais amputé et sérieusement encadré. "Un dispositif policier sera présent lors de l'événement", confirme le bourgmestre à la RTBF.be, sans préciser le nombre de policiers. En tout cas, sur un parcours réduit, il y aurait moins de zones sensibles à surveiller. "Par ailleurs, si le parcours est adapté, ce n'est pas qu'en raison de la menace terroriste. C'est aussi parce que nous nous sommes rendus compte que dans certains quartiers, il y a parfois un peu moins de spectateurs. Raison pour laquelle nous avons décidé de proposer un parcours plus resserré."

"A Bruxelles, le feu d'artifice a été annulé, mais pas les Plaisirs d'Hiver. Ailleurs dans le pays, comme à Binche ou Alost, des cortèges carnavalesques ont été maintenus. Il n'y a donc pas de raison pour qu'on supprime notre Scharnaval", avance le mayeur.

Les danseurs latinos et les soldats de Napoléon écartés

Pour l'échevin Etienne Noël, qui tient à rester optimiste, "l'idée est aussi de pouvoir avoir un cortège qui s'arrête peu. D'où la décision de ne pas faire participer les groupes qui ralentissent la marche" tels les danseurs latinos, les Gilles de Charleroi et le Bataillon d'Austerlitz de Vitrival, ces carnavalistes déguisés en soldats de Napoléon et armés. "Si nous les écartons, ce n'est en tous les cas pas parce qu'ils viennent avec leur fusil et tirent dans le ciel pour amuser le public.

En tout cas, "s'il doit y avoir cortège amputé, ce ne serait à mon sens pas une catastrophe", pense Etienne Noël. "Au contraire. Le parcours serait mieux pensé, les groupes moins nombreux, mieux choisis et plus schaerbeekois et les blocages des rues lors du passage du cortège moins importants."

 

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK