"Le 4 mai, on pourra faire du kayak": oui, mais non. Confusion autour de ce symbole du déconfinement en Belgique

"Le 4 mai, on pourra faire du kayak": oui, mais non. Confusion autour de ce symbole du déconfinement en Belgique
2 images
"Le 4 mai, on pourra faire du kayak": oui, mais non. Confusion autour de ce symbole du déconfinement en Belgique - © Olivier Thunus

Parmi les décisions annoncées vendredi, certaines concernent les activités sportives en extérieur. Plusieurs sports pourront être à nouveau pratiqués dès le 4 mai, notamment le tennis, le golf mais aussi le kayak. Ce qui en a étonné plus d’un. Mais sur le terrain, les clubs attendent à présent l’autorisation du SPW qui interdit toujours la pratique.

Ce week-end, c’est le branle-bas de combat au Beez Boating club. Celui-ci propose à ses affiliés les pratiques de la voile et du kayak. "L’équipe met les bouchées doubles pour préparer le matériel", explique Laurent Roemen le président. "La décision d’autoriser la pratique de notre discipline nous fait extrêmement plaisir. Nous avons été un peu surpris qu’on ne cite que quelques disciplines. Cela laisse un peu perplexe car on se demande "Pourquoi un tel sport est autorisé et pas un autre ?". Par exemple l’aviron pourrait très bien être à nouveau pratiqué".

En attente d’une autorisation de la Région wallonne

Mais avant de pouvoir pagayer à nouveau sur la Meuse, les 150 membres du club vont devoir attendre une autre autorisation : celle du Service Public de Wallonie. "Le fédéral a pris une décision mais les voies navigables sont régies par la Région wallonne et le SPW Navigation. Et donc, ce sont les voies navigables qui doivent donner leur feu vert puisqu’une ordonnance a été prise. Celle-ci date du 20 mars – l’ordonnance numéro 72 – et elle interdit la plaisance et les pratiques sportives sur les cours d’eau wallons".

Une mesure raillée sur les réseaux sociaux

En attendant le feu vert de la Région wallonne, le kayak est devenu l’un des symboles du déconfinement en Belgique. En atteste les publications sur les réseaux sociaux. Certains internautes s’amusant voire se moquant de cette mesure.

"C’est assez surprenant d’avoir pris cette mesure car le kayak n’est pas un sport national", explique Sandrine Pêtre membre du Beez Boating Club. "Pour le tennis, c’est compréhensible car on peut jouer à deux, de part et d’autre du terrain. Pas de problème pour ce sport. Pour le kayak, c’était plus inattendu. Mais effectivement, c’est raisonné car on peut pratiquer la discipline de manière individuelle. Chacun est dans son kayak et on peut le pratiquer par deux".

Dans les clubs sportifs, certaines règles seront toujours d’application. Par exemple, les accès aux cafétérias et aux vestiaires seront interdits.

Confusion aussi pour les loueurs de kayaks

Mais attention, il faut avant tout distinguer les clubs sportifs de kayak affiliés à la Fédération reconnue, et les loueurs de kayak qui relèvent du tourisme. Ces derniers s'interrogent : sont-ils considérés comme pratique sportive ou non ?  Nous avons contacté plusieurs propriétaires qui disent ignorer si cette mesure les concerne ou non. Ils attendent également plus de précisions. La question sera relayée au niveau fédéral via la Région wallonne compétente en matière de tourisme.

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK