Lakshmi Mittal kidnappé, le dernier roman de Nicolas Ancion

Dans son dernier roman, Nicolas Ancion imagine l'enlèvement de Lakshmi Mittal au lendemain de la fermeture des hauts-fourneaux.
Dans son dernier roman, Nicolas Ancion imagine l'enlèvement de Lakshmi Mittal au lendemain de la fermeture des hauts-fourneaux. - © Belga

Hasard de l'actualité, ''L'homme qui valait 35 milliards'', le dernier roman de l'écrivain liégeois Nicolas Ancion, vient de sortir en poche. Il parle de l’enlèvement d’un certain Lakshmi Mittal par un artiste plasticien et ce, au lendemain de la fermeture définitive de la phase à chaud à Liège… Rarement la fiction n'aura frôlé d'aussi près la réalité.

La fermeture des hauts-fourneaux à Liège, point de départ du dernier roman de Nicolas Ancion paru en 2009, inspirait voire taraudait l’écrivain depuis très longtemps. ''Depuis que je suis né, j’ai entendu dire que l’on restructurerait la sidérurgie. J’ai appris cela à l’école primaire. On m’a même expliqué quels étaient les produits dérivés à haute valeur ajoutée que l’on pouvait en tirer pour assurer la reconversion. J’avais 11 ans.''

Aujourd’hui, la fiction a rejoint la réalité. Lakshmi Mittal n’a certes pas été kidnappé, mais les hauts-fourneaux liégeois vont bel et bien s’éteindre. Comment Nicolas Ancion voit-il l’avenir dans sa ville ? ''Je me dis que c’est une chance qu’on les ferme. C’est horrible à dire, je sais. Mais c’est un coup de pied au cul, et cela fait toujours du bien de bouger. L’immobilisme, c’est la seule chose qui peut faire crever une ville. Ce qui me fait peur, ce n’est pas qu’on ferme Arcelor, c’est plutôt l’impression que les politiques qui nous gouvernent n’ont aucune vision à long terme. Ils ne savent pas ce qu’ils veulent pour les 15 prochaines années. Ça, ça me fait peur. Mais cela me faisait déjà peur, il y a 20 ans…''

Et l’écrivain liégeois de terminer sur note plus positive : ''En même temps, tout est possible. L’avenir est ouvert. Ce qui est formidable dans ce cas-ci, c’est qu’il faut l’inventer (…) Il faut arrêter de croire que l’avenir, c’est le passé.''

 

Bénédicte Allié, Xavier Van Oppens

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK