La Wallonie veut développer son transport fluvial

A l'instar du Trilogiport dans le bassin liégeois, la Région wallonne plance sur les zones portuaires ayant du potentiel.
A l'instar du Trilogiport dans le bassin liégeois, la Région wallonne plance sur les zones portuaires ayant du potentiel. - © www.trilogiport.com, PAL - Experience Image

Des chercheurs de l’ULg ont planché sur la question des zones portuaires ayant du potentiel et ont identifié plus de 60 sites en Wallonie, dont certains en province de Namur.

Au bord de la Sambre ou de La Meuse, les chercheurs de l'Université de Liège ont pointé 14 sites qui représentent ensemble une surface équivalent à environ 800 terrains de football. Ils ont aussi classé ces sites en fonction de leurs atouts et de leurs faiblesses, comme la connexion avec la route et le rail ou la proximité d'une zone habitée.

Sans surprise, les terrains les plus intéressants sont souvent déjà occupés par l'industrie, comme la zone portuaire d'Auvelais à Jemeppe-sur-Sambre, qui appartient à l'entreprise Solvay. Jacques Teller coordonne l'étude : ''On se place bien ici dans une perspective d’aménagement du territoire, avec un horizon temporel de 20 à 30 ans. Sachant qu’un site comme Auvelais est bien desservi par l’ensemble des infrastructures. Il est déjà en zone d’activités économiques, présente une superficie très importante. Toute une série de critères qui font que ce site a un potentiel intéressant sans être aujourd’hui disponible.''

D'autres sites présentent moins de potentiel et ne sont d'ailleurs pas encore industriellement exploités, comme celui de la Ferme blanche à Namur. Mais d'autres obstacles se dressent : au-delà de la proximité d'une boîte de nuit, le site présente un intérêt paysagé. Il y a donc un risque, constate les auteurs de l'étude, que les riverains s'opposent farouchement à tout projet de valorisation industrielle.

 

 

François Louis

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK