La Wallonie prépare un test à la sortie de l'avion au retour d'une zone rouge

La Wallonie prépare un test à la sortie de l’avion au retour d’une zone rouge
La Wallonie prépare un test à la sortie de l’avion au retour d’une zone rouge - © Tous droits réservés

Le projet est sur la table de la Région wallonne : les passagers qui reviennent d’une zone rouge et qui atterrissent à l’aéroport de Charleroi pourront bientôt être testés à leur sortie d’avion. Les détails ne sont pas encore connus, car ce testing n’est pas encore prêt. Mais les choses avancent. Une équipe de la Région s’est rendue la semaine dernièrr à l’aéroport de Charleroi pour évaluer les contraintes et les possibilités. Une question reste en l’air : ce test sera-t-il effectué dans l’aéroport ou à l’extérieur, dans une tente par exemple ?

L’idée est bien de proposer un test sur base volontaire. Cet été 50.000 personnes ont déclaré dans leur formulaire de localisation des passagers qu’ils revenaient d’une zone rouge. Ces voyageurs devraient normalement se mettre deux semaines en quarantaine et aller se faire tester chez un médecin. Mais, on le sait, les voyageurs qui ne sont pas toujours très enclins à se mettre en quarantaine ou à se dépister. C’est une façon d’encourager les tests et de les rendre accessibles rapidement.

D’autres aéroports ont choisi le test obligatoire et payant

Chaque aéroport, chaque autorité locale impose ses propres règles. En France, le gouvernement a opté en juillet pour le test obligatoire à l’aéroport au retour d’une zone rouge. C’est l’option du test volontaire qui est par contre sur la table côté wallon. De l’autre côté de la Manche, le gouvernement britannique va proposer un choix aux passagers : quarantaine obligatoire ou un test à l’aéroport. À l’aéroport de Heathrow, un centre de dépistage du Covid est prêt à tester 13.000 voyageurs par jour. Et un deuxième centre identique est en cours d’aménagement. Un test anglais à 150 euros. Montant qui permet d’éviter la quarantaine si le test est négatif.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK