La Ville de Seraing pourrait devoir rembourser 8 millions d'euros à Mittal

Le bourgmestre de Seraing n'a pas eu confirmation officielle du ministère des finances, mais il n'est pas étonné: "C'est la loi" explique-t-il. Quant à savoir sur quelles années cela pourrait porter, le bourgmestre répond: "Ça va être tout le débat évidemment. Quand la fermeture a-t-elle eu lieu? On est en train d'analyser l'ensemble de la situation. On avait anticipé cette chose. Il faudra aussi voir si le SPF l'accorde ou ne l'accorde pas. Ça fait longtemps que le groupe Mittal ne me provoque plus aucun sentiment et que je suis plutôt dans un schéma de surréalisme et de catastrophe par rapport à des personnes qui décident de la vie des gens en un clin d’œil. C'est évidemment quelque chose qui est terrible au niveau politique quand on a cette forme d'impuissance. La mondialisation économique est empreinte de cynisme".

Contacté par nos soins, Arcelor confirme qu’une demande a bien été introduite pour l’année 2013, pour un montant de 2,5 millions. Les chiffres ne sont pas connus pour les années précédentes.

Pour Arcelor, il s’agit bien d’une procédure normale et légale.

Françoise Dubois

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK