La ville de Mons aura bientôt son champagne

La première récolte aura lieu en octobre.
2 images
La première récolte aura lieu en octobre. - © RTBF

La société "Domaine du champ d’Éole", basée à Mons, a planté neuf hectares de vignes en 2011 sur un terrain situé au pied des éoliennes de Quevy. Les premières bouteilles d'effervescent (l'appellation "champagne" est protégée) ne sont pas attendues avant 2015. Du chardonnay en majeure partie, mais aussi du pinot noir et du pinot blanc.

80 000 pieds de vigne au pied des éoliennes de Quevy, sur un terrain en légère pente mais orienté plein sud. Le sol crayeux y serait très bon pour les cépages champenois. "On a réalisé des analyses de sol. Elles nous ont montré que l’on avait de la craie sur plusieurs mètres. Cette craie, explique encore Céline Ewbank (de la société "Domaine du champ d'Eole"), est indispensable dans la culture des cépages champenois puisqu’elle permet le drainage du sol ainsi qu’une bonne irrigation (la craie étant poreuse)."

Céline Ewbank loue aussi les mérites des éoliennes à proximité. Elles brassent l'air au-dessus des vignes et empêche ainsi le gel de s'installer, dit-elle.

Le projet est né en fait en 2010 de la rencontre entre un viticulteur champenois et la riche famille Ewbank, une famille d'entrepreneurs et d'agriculteurs. Ils exploitent déjà 1200 hectares dans la région et n'avaient pas l'intention de vendre leur terrain, alors ils ont décidé de collaborer.

Ensemble, ils ont investi pour 500 000 euros pour faire sortir ces 80 000 pieds de vignes, 20 000 piquets et 80 kilomètres de fil. "On est sûr d’avoir tous les atouts de notre côté pour réaliser un produit de haute qualité : la terre, les compétences, les connaissances, le climat (finalement très similaire à celui que l’on trouve en Champagne)", confie Céline Ewbank.

Les vignes ont beaucoup souffert de l'hiver 2012. Elles ont mieux supporté les gelées de 2013. Aujourd'hui, trois personnes les bichonnent presqu'à temps plein en attendant la première récolte en octobre. De la plantation à la bouteille : cinq ans se seront ainsi écoulés. Il faut du temps pour faire un bon vin.

Manu Delporte

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK